Le marché de l’art contemporain à moitié ranimé (mai 2010)

La vente d’art contemporain organisée hier par Sotheby’s à New York affiche un produit de 189,69 millions de dollars dont un tiers généré par un autoportrait monumental d’Andy Warhol et une grande composition de Mark Rothko. Pour cette maison de ventes, le chiffre d’affaires est quatre fois plus important que celui réalisé par la vacation équivalente de 2009 (particulièrement catastrophique) mais reste très inférieur à ceux de 2007 (254,87 millions) et 2008 (362,37 millions). 

Hier soir, lors de la traditionnelle grande vente d’art contemporain de mai organisée par Sotheby’s à New York, un autoportrait violet sur fond noir d’Andy Warhol, daté de 1986, a été payé 32,56 millions de dollars sur une estimation de 10/15 millions de dollars.

Il s’agit du prix le plus élevé payé en vente publique pour un portrait par Warhol, juste devant les 32,52 millions de dollars enregistrés en mai 2008 chez Christie’s New York pour un Double Marlon de 1966.

Ce portrait de Warhol se place en troisième place dans la liste  des prix des œuvres de l’artiste livrées aux enchères publiques.

Le record est de 71,72 millions de dollars payés pour Green Car Crash, Green Burning Car I, une œuvre de 1963  (Christie’s New York, mai 2007).

Une huile sur toile de Mark Rothko, figurant des aplats orange sur fond marron, datée de 1961, belle mais quand même un peu tardive, a été payée 31,4 millions de dollars sur une estimation de 18/25 millions.

Il s’agit du 4ème prix le plus élevé payé pour une œuvre de Rothko en vente publique.

Le record est de 72,84 millions de dollars pour un White center, Yellow, Pink And Lavender On Rose de 1950, vendu par Sotheby’s en mai 2007 à New York

Ces deux œuvres ont des dimensions très importantes :  236,5 cm x 203,5 cm pour le Rothko, 274,3 cm x 274,3 cm pour la toile de Warhol.

Le même autoportrait de Warhol, mais réalisé sur 56 cm x 56 cm, avait été vendu pour 3,51 millions de dollars en mai 2008 chez Christie’s New York.

Toujours pour Warhol, une sérigraphie titrée Flowers, en quatre panneaux pour des dimensions totales de 122 cm x 122 cm, a été payée 7,62 millions de dollars sur la base d’une estimation de 5/7 millions de dollars.

Une œuvre de Maurizio Cattelan, que l’on pourrait titrer  “mannequin masculin en cire avec de vrais cheveux et dont seules la tête et les mains dépasseront du trou que vous allez devoir percer dans votre plancher pour l’installer”, réalisée en 2001, numéro 3/3 d’un multiple comptant aussi une épreuve d’artiste, a été payée 7,92 millions de dollars sur une estimation de 3/4 millions.

De Jackson Pollock, un Number 12A, 1948, : yellow, Gray, Black, émail sur Gesso flanqué sur papier, 58 cm x 78 cm, estimé 4/6 millions de dollars a été payé 8,76 millions.

Les enchères pour une création sans titre de Jean-Michel Basquiat estimée de 1,8/2,5 millions de dollars se sont envolées pour atteindre un prix payé par l’acheteur de 7,25 millions.

Le troisième lot le plus important du catalogue, une huile sur toile de Brice Marden, Cold Mountain (Path), peinte en 1988-189 sur un format de 274,3 x 365,8 cm, a été laissée sous son estimation de 10/15 millions sans les frais (12 %)  à 9,60 millions avec ces frais.

Même cas de figure pour Sagamore, une technique mixte  sur papier marouflé sur panneau de Willem de Kooning, réalisée en 1955, estimée 3,5/4,5 millions de dollars sans les frais (12 %) et finalement payée 3,44 millions avec ces frais.

Cette adjudication au marteau inférieur de 400.000 dollars au prix minimum attendu en rajoute encore à la perte du vendeur qui avait acquis cette œuvre pour 5,39 millions de dollars chez Christie’s New York en novembre 2006.

Compte tenu des frais pratiqués pour ce genre de vacation, la moins-value entre l’achat et la revente tourne autour des 2,5 millions de dollars.

Une autre création de Willem de Kooning, Untitled XLVIII, peinte en 1983, et estimée 3/4 millions de dollars sans les frais (12 %)  a été laissée à 2,88 millions avec les frais.

Mais ici le vendeur réalise une plus-value très intéressante puisqu’il avait acquis l’œuvre chez Sotheby’s New York le 12 novembre 2003 pour 960.000 dollars.

Une grande aquarelle de Jackson Pollock, réalisée vers 1952-1956, dont  500.000/700.000 dollars sans les frais (20 %) étaient attendus, a été également payée sous son estimation à un prix de 482.500 dollars avec les frais, tout comme une grande huile sur toile de Philippe Guston, un Jail estimé 2/3 millions de dollars avec les frais (12%) et laissé à 1,98 million avec les frais.

Le Désert, une grande composition acrylique et graphite sur toile d’Agnès Martin, réalisée en 1965, 182,9 cm x 182,9 cm, et estimée 4/6 millions de dollars n’a pas trouvé preneur comme une œuvre de Richard Artschwager (700.000/900.000 dollars) et une autre de Jasper Johns (600.000/800.000 dollars).

Pierrick Moritz

 

Concernant ces publicités


Catégories :Art contemporain, Marché de l'art

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 985 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :