Un tableau exceptionnel de Natalia Gontcharova en vente à Londres

Le 28 mai, à Londres, Sotheby’s mettra à l’encan une exceptionnelle Nature morte aux jacinthes de Natalia Gontcharova, conceptrice, avec son mari Mikhaïl (Michel) Larionov, du rayonnisme, autour de 1910. Les deux artistes  figurent parmi les plus grands de l’avant-garde russe pré-révolutionnaire.

L’huile sur toile  (100 x 72,5 cm) présentée chez Sotheby’s s’inscrit quant à elle dans l’influence des natures mortes réalisées par Matisse autour de 1910. L’arrière-plan montre une partie de Le Blanchissage du linge, peint en 1908 par Goncharova et conservé au Musée historique d’État de Russie. Selon les informations du catalogue, cette nature morte aux jacinthes a fait partie de Exposition de peinture de Natalia Goncharova, 1900-1913, organisée au Bureau d’Art Nadezhda Dobychina de Saint-Pétersbourg en 1914.

Un grand nombre d’œuvres de Natalia Gontcharova ne sont pas signées, ce qui constitue un véritable casse-tête pour les historiens et experts de l’art. Dans le catalogue de l’exposition Michel Larionov et son temps, organisée en 1973 au musée Toulouse-Lautrec d’Albi, où des œuvres de Natalia Gontcharova accompagnaient celles de son mari, on constate que  la moitié des 18 huiles sur toile créées par elle entre 1907 et 1924  et exposées ne sont pas signées. La nature morte aux jacinthes mis en vente par Sotheby’s présente, au dos, des mentions manuscrites en caractères latins et cyrilliques, un numéro et des étiquettes d’expositions.

L’œuvre est estimée 3/4 millions de livres quand le présent vendeur l’avait payée 3 millions dans une vente aux enchères londonienne du même opérateur, en novembre 2007.  Si l’intervalle entre ces deux ventes est relativement court, il s’agit d’une création de qualité muséale pour une artiste dont la cote ne cesse de monter, rivalisant désormais avec celle de Larionov.

À Londres, en février 2010, Christie’s a vendu Espagnole, une  huile sur toile (130,3 x 81,3 cm) peinte en 1916 par Natalia Gontcharova, pour la somme de 6,25 millions de livres (7,35 millions d’euros au cours du change de l’époque). Il s’agit du plus haut prix jamais engagé en vente publique pour une œuvre d’une femme peintre.

Natalia Gontcharova est aussi connue pour ses décors et costumes réalisés pour les Ballets russes à partir des années 1910.

Pierrick Moritz

About these ads


Catégories :Art moderne, Londres, Marché de l'art, Russie

Tags:, , ,

1 réponse

  1. Ce tableau a été facturé 2,93 millions de livres avec les frais (12 %), soit sous son estimation basse de 3 millions sans les frais.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 952 autres abonnés

%d bloggers like this: