« Dernier inventaire avant le mariage pour tous », un livre pour dire le sens du « mariage gay »

À l’heure où, sur fond de revendications et d’instrumentalisation politiques et religieuses, les opposants au mariage civil ouvert aux homosexuels et à l’adoption ouverte aux couples homosexuels (légale pour les célibataires depuis 1966) agitent le chiffon rouge de l’Apocalypse, Dernier inventaire avant le mariage pour tous,  un livre publié à l’automne dernierpropose une photographie de la situation des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) en France.

Écrit par Gaëtan Duchateau  et Florent Guerlain, fondateurs du studio de conseil et création Datagif, qui a notamment réalisé des projets web et édition pour Google France, le Parti socialiste ou Kitsuné, l’ouvrage se présente sous la forme d’une somme dynamique, structurée en une cinquantaine d’articles sur des sujets comme le cinéma, les clichés, les gay friendly, la littérature, le fameux lobby gay, l’outing, le PACS, les religions ou le « triangle rose ».

En début d’ouvrage, une chronologie rappelle les grandes dates de l’histoire des LGBT,  de la dernière exécution d’un couple homosexuel à Paris (1750) au projet de loi du « Mariage pour tous », en passant par le durcissement législatif  de 1960 (l’amendement Mirguet ajoute l’homosexualité à la liste des fléaux sociaux, au même titre que l’alcoolisme et la prostitution), les émeutes de Stonewall aux États-Unis (premiers mouvements gays revendicatifs) ou la fin du fichage des homosexuels par Gaston Deferre, en 1981.

Livre : Dernier inventaire avant le mariage pour tous

Ce livre passionnant témoigne aussi des ravages de l’exclusion et de la stigmatisation ; de la fragilisation psychologique des individus engendrée par ces fléaux, notamment chez les plus jeunes. L’homophobie et la transphobie, directes et/ou liées à la pression sociale, sont la première cause de suicide chez les 15-24 ans.

L’ouvrage permet une réflexion sur la représentation de l’individu rejeté par la société, une discrimination donnant corps à des particularités exploitées en tant que penchants naturels de cet individu par ses détracteurs. Ce n’était pas pour l’ambiance sordide des vespasiennes que les homosexuels masculins s’y rencontraient autrefois ; ils ne pouvaient fréquenter que ce genre de lieux clandestins – et dangereux – pour se retrouver.

La question finale, en quatrième de couverture de Dernier inventaire avant le mariage pour tous, est « se marier, certes…mais pour quoi faire ? ». En dehors de pouvoir bénéficier – notamment – de  toutes les protections de ce contrat civil et d’une reconnaissance de la parentalité  (24.000 à 40.000 enfants grandissent dans des foyers homoparentaux en France, selon Patrick Festy, chercheur à l’Institut national démographique ; 200.0000 à 300.000 selon l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens), il s’agit de faire reculer la discrimination à travers l’égalité des droits civils, d’effacer la différence de traitement pour des citoyens astreints aux mêmes devoirs que les autres.

Pierrick Moritz

Dernier inventaire avant le Mariage pour tous, par Gaëtan Duchateau et Florent Guerlain,  préfacé par Chantal Jouanno, 279 pages, 23 x 17 cm, Éditions Stock.

Publicités


Catégories :Histoire sociale, Livres

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :