Exposition exceptionnelle au cœur de la famille d’Orléans chez Sotheby’s

La dispersion par Sotheby’s de 232 pièces historiques provenant des collections du Comte de Paris (1809-1999) et de la Comtesse de Paris (1911-2003),  les 29 et 30 septembre à Paris, est l’un des grands évènements du monde des ventes aux enchères français.

L’exposition ouverte au public à partir du 18 septembre, dans les locaux de la maison de vente (galerie Charpentier, 76, rue du Faubourg Saint Honoré), d’une durée exceptionnelle, montre l’histoire publique et privée de la famille d’Orléans.

Ces biens, conservés depuis 1974 par la Fondation Saint-Louis au château d’Amboise, ont été restitués aux héritiers du Comte et de la Comtesse de Paris par décision du tribunal de Grande Instance de Paris du 29 septembre 2013.

La raison de la vente aux enchères de cette réunion provenant des différentes demeures de la famille d’Orléans, est évidente : le partage équitable entre les neuf héritiers était impossible.

Si des œuvres présentes dans cette succession ont un prix sur le marché de l’art, la valeur d’un grand nombre d’autres pièces ne pouvait être objectivement donnée que par une confrontation avec le monde des enchères.

Pour ces dernières, un ordre de prix minimal semble avoir été retenu. Compte tenu de leur provenance et de l’ensemble exceptionnel dont elles font partie, et très souvent de leur qualité et de leur originalité, le potentiel d’appréciation est vaste.

Les estimations sont comprises entre 30/50 euros (pour un ensemble de boutons de manchettes en malachite, émail et or) et 250.000/350.000 euros (pour Les Gentilshommes du Duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud par Louis Carrogis dit Carmontelle, sanguine, pierre noire, aquarelle et gouache avec rehauts de blanc) ; la très grande majorité est inférieure à 20.000 euros.

L’exposition ouvre avec trois pièces majeures de cette succession, classées trésors nationaux par arrêté de la ministre de la Culture, et qui ne sont pas incluses dans la vente aux enchères.

Il s’agit d’un superbe Portrait de Louise-Marie-Adélaïde de Bourbon Penthièvre, Duchesse d’Orléans par Élisabeth Vigée-Lebrun – exposé au Salon de 1789 -, d’un Portrait en pied de Louis XIII (grande version) par Philippe de Champaigne – peint vers 1639 -, et du registre des comptes de la construction du château d’Amboise (XVe siècle).

Selon Sotheby’s, les deux peintures font l’objet de négociations avec des institutions françaises.

La singularité de cette exposition, mélange brut entre grande histoire et intimité, une narration sans mise en scène, est d’offrir un rare point de vue.

Elle humanise sans intention tout un pan de l’histoire de France, généralement raconté de manière unilatérale.

Elle fait émerger une souffrance, une mélancolie, derrière la façade de « la dignité avant tout ».

Pierrick Moritz

Une Exposition pour l’histoire : importants tableaux, dessins, meubles et souvenirs historiques appartenant à la Famille de France, galerie Charpentier, 76,rue du Faubourg Saint Honoré. 78008 Paris. Exposition publique (accès gratuit) : les 18 et 19 septembre de 10 heures à 18 heures ; le 21 septembre de 10 heures à 20 heures ; les 22, 23, 24, 25, 26 et 28 septembre de 10 heures à 18 heures.

Aperçu de l’exposition

OrléansLot 4 – Deux Fragments du manteau dit de Saint Louis, roi de FranceDeux Fragments du manteau dit de Saint Louis, Roi de France (1214-1270). Crédit photo : Sotheby’s / Art digital studio. Le 03/10/2015 : cette relique estimée 6.000/8.000 euros a été vendue 27.500 euros.

Orleans

Ensemble de souvenirs de la Maison de France. Crédit photo : Sotheby’s / Art digital studio. Le 03/10/2015 : cette réunion estimée 2.000/3.000 euros a été vendue 4.000 euros.

orléans2Chope en néphrite montée en argent et en émail cloisonné, Saint-Pétersbourg, vers 1890, signée Piotr Ivanov. Crédit photo : Sotheby’s / Art digital studio. Le 03/10/2015 : cette pièce d’orfèvrerie estimée 8.000/12.000 euros a été vendue 60.000 euros.

OrléansLot 39 - Service Sèvres Louis-PhilippeService en porcelaine de la manufacture de Sèvres d’époque Louis-Philippe, 1840, nommé « Déjeuner des chasses diverses », la peinture par Jean-Charles Develly, livré pour la reine Mare-Amélie (1782-1866). Crédit photo : Sotheby’s / Art digital studio. Le 03/10/2015 : cet ensemble estimé 100.000/150.000 euros a été vendu 495.000 euros.  Il s’agit du prix le plus élevé jamais payé pour un déjeuner en porcelaine de Sèvres. L’acheteur est un collectionneur privé européen.

Orléans6Louis Carrogis dit Carmontelle (1717-1806) : Les Gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud, sanguine, pierre noire, aquarelle et gouache rehaussées de craie blanche, 26,3 x 40 cmRare composition de portraits montrés de dosCrédit photo : Sotheby’s / Art digital studio. Le 03/10/2015 : cette œuvre estimée 250.000/350.000 euros a été vendue 531.000 euros.  Il s’agit du prix le plus important jamais payé pour une œuvre de l’artiste vendue aux enchères. L’acheteur est un collectionneur privé européen.

Advertisements


Catégories :Arts décoratifs, Paris, Peinture ancienne

Tags:, , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :