Résultats très mitigés pour les objets et les œuvres d’art russe à Londres

Pour la même raison que celle concernant la spécialité des objets et œuvres d’art chinois – l’enrichissement d’une partie de la population du pays d’origine qui serait avide de se réapproprier les objets et œuvres d’art de l’époque impériale – le domaine des créations russes était présenté il y a encore quelques années comme extrêmement porteur.

Les résultats mitigés des ventes d’art russe organisées cette semaine par Sotheby’s et Christie’s à Londres confirment un phénomène de moindre intérêt encore plus avancé pour cette spécialité que pour celle des objets et œuvres d’art chinois et même si, dans les deux cas, certaines pièces peuvent toujours pulvériser leur estimation.

Sotheby’s présente le plus fort taux d’invendus de la semaine pour une vente dans la spécialité avec,  dans sa vacation de peinture russe moderne et contemporaine du 29 novembre, quelque 57 % pour un catalogue de 166 lots.

L’estimation la plus élevée était de 150.000/200.000 livres quand l’invendu le plus important était estimé 150.000/180.000 livres.

Finalement, l’œuvre la plus chère de la vente, avec 217.250 livres payées pour une estimation de 80.000/120.000 livres, est une grande nature morte aux fruits peinte en 1927 par Konstantin Alexeevich Korovin et Alexei Konstantinovich Korovin.

Chez le même opérateur, le 28 novembre et toujours à Londres, une vacation qui comtait 30 tableaux modernes russes a généré 10 invendus dont 7 toiles à l’estimation basse au moins égale à 150.000 livres.

Les deux invendus les plus chers sont, pour 400.000/600.000 livres pièce, une toile de Boris Izrailevich Anisfeld peinte en 1914-1916  et une autre d’Alexander Evgienevich Yakovlev de 1929.

Le prix le plus élevé, 915.000 livres, est allé à une nature morte peinte en 1916 par Petr Petrovich Konchalovsky. L’œuvre était estimée 500.000/700.000 livres.

Toujours chez Sotheby’s, dans une autre vacation d’objets d’art russe proposée d’hier, 38 % des lots n’ont pas trouvé preneur (97 pour 253 présentés).

La maison Fabergé, dont de très nombreuses créations étaient présentées, remporte à fois la palme de l’objet le plus cher  et celle de l’invendu le plus important.

337.250 livres ont été engagées sur une pendule en argent doré et émail, 1895-1899 (estimée 120.000/180.000 livres). Un encrier en néphrite monté en or, 1903-1904 (100.000/150.000 livres), n’a pas trouvé preneur.

Au rayon des surprises, un service à thé d’époque soviétique de la manufacture de porcelaine d’État a été payé 70.850 livres sur une estimation de 5.000/7.000 livres.

Le 28 novembre, pour son unique vente londonienne dans la spécialité, Christie’s a vendu 240 lots d’un catalogue qui en comptait 373.

Ces 36 % de lots restés sur le carreau intégrent le numéro phare de la vacation, à savoir une paire de vases peints monumentaux de la Manufacture Impériale de Porcelaine, Saint-Petersbourg, période de Nicolas 1er. L’ensemble, réalisé en 1835 et 1836, était estimé 1,7/2,2 millions de livres.

De la même manufacture, même époque, une autre paire de vases aux dimensions plus modestes a été payée quelque 1 million de livres sur une estimation de 500.000/700.000 livres.

Un très intéressant portrait de boxeur, peint à l’huile sur toile en 1933 par Konstantin Somov (1869-1939), a été payé 713.0000 livres sur une estimation de 500.000/700.000 livres.

Le présent vendeur avait acquis cette œuvre pour 580.000 livres en novembre 2007 (toujours chez Christie’s Londres). À l’époque, elle était estimée 80.000/120.000 livres.

Une Crucifixion par les Romains, une huile sur toile monumentale peinte par Vasily Vereshchagin en 1887, a été payée 1,72 million de livre sur une estimation de 1/1,5 million. D’un intérêt artistique tout aussi improbable, un grand portrait de chevalier par Viktor Vasnetsov a été payé 1,10 million sur une estimation de 300.000/500.000 livres.

Pierrick Moritz



Catégories :Art moderne, Londres, Marché de l'art, Russie

Tags:, , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :