Un vase exceptionnel d’Émile Gallé mis en vente chez Sotheby’s (Paris)

Communication du 10 avril 2021 : 

Cet article est susceptible d’être actualisé à tout moment (pour la partie consacrée à la cote d’Émile Gallé), par l’ajout de textes et/ou d’illustrations. Une notification est désormais publiée après chaque nouvel enrichissement. Si vous désirez être informé de ces améliorations, vous pouvez vous abonner au blog, ou rendre visite à cet article de temps en temps.

21/05/2015 : ce vase d’Émile Gallé a été vendu 435.000 euros, frais compris.

Un vase exceptionnel d’Émile Gallé (1846-1904) fait partie des lots majeurs d’une vente de design du XXe siècle proposée par Sotheby’s le 21 mai à Paris.

Estimée 200.000/300.000 euros, l’œuvre est constituée d’un corps en marqueterie de verre à motif principal d’un iris, reposant sur une base en bronze doré, également dessinée et fabriquée dans les ateliers de Gallé.

Inédite sur le marché de l’art, la pièce a été directement acquise auprès d’Émile Gallé en 1904, et réside depuis dans la même famille.

Un modèle identique a été exposé par Emile Gallé lors de l’Exposition Internationale des Beaux Arts, à Dresde en 1901, et en 1903 à l’exposition de L’École de Nancy à Paris. Ce sont les trois seuls exemplaires connus de ce vase.

Emile Gallé Vase bleu fleur d'eau

Émile Gallé : vase Bleu fleur d’eau, 1901-1904, forme balustre et col polylobé, marqueterie de verre bleu, vert, violet, jaune et rose à décor de fleur d’iris entièrement repris à la roue, Signature Gallé gravée sur le corps ;  la base en bronze doré ciselé à décor de feuilles au naturel et escargot, signée Gallé et numérotée 803 K 7. Hauteur : 32 cm. Estimation 200.000/300.000 euros.   Crédit photo : Sotheby’s / Art Digital Studio.  Vendu 435.000 euros, frais compris

À PROPOS DE LA COTE DES CREATIONS D’ÉMILE GALLÉ (une actualisation du 10 février 2019 ; insérée ici le 25 août 2020 )

Ces dernières années, l’écart de prix entre les pièces réalisées sous le contrôle d’Émile Gallé et celles produites en série par les Établissement Gallé après sa mort en 1904, et jusque dans les années 1930, s’est creusé de manière encore plus nette qu’auparavant.

Quelques rares modèles de verreries datant de l’époque dite « industrielle », intégrant plutôt l’esthétique Art déco par la forme ou le décor et des couleurs attractives, peuvent toutefois être payées jusqu’à autour de 300.000 dollars (260.000 euros) sur le marché international. Il s’agit notamment de rares modèles de lampes de très grande taille. 

Tandis que les prix de la majorité de la production industrielle ont sensiblement baissé, notamment en raison de l’offre pléthorique et non régulée venue des plates-formes de l’Internet ouvertes aux particuliers autour des années 2000, la reconnaissance du marché de l’art pour l’œuvre artistique de Gallé, redécouverte dans les années 1960 comme l’Art nouveau en général, croît plus que jamais.

Dans les années 1980-1990, un véritable vent de folie, notamment venu de la puissance économique retrouvée du Japon, avait fait flamber de manière inconsidérée les prix des pièces de la production industrielle plus exceptionnelles que les autres. 

Le prix record de 1,1 million de dollars pour une production Gallé vendue aux enchères, établi chez Sotheby’s en 1989, concerne toutefois une rare création artistique : un des six exemplaires réalisés en 1902 de la lampe Les Coprins en verre soufflé irisé, reprenant la forme d’un groupe de champignons, reposant sur une base en fer forgé, d’une hauteur de 80 cm. 

Pour un prix figurant parmi les plus élevés jamais enregistrés pour une création de Gallé vendue aux enchères, 435.000 euros ont été payés en mai 2015 chez Sotheby’s Paris pour acquérir un vase en marqueterie de verre à motif principal d’un iris, reposant sur une base en bronze doré, une pièce directement acquise auprès de l’artiste en 1904. Trois exemplaires de ce vase sont connus. 

En décembre 2018, chez Christie’s New York, au cours de la dispersion d’art verrier Nakamoto, un vase en forme de lys par Émile Gallé, créé en 1900-1903, en verre multicouche et marqueterie de verre, habillé d’une application représentant un lys, reposant sur un pied en bronze, d’une hauteur de 32,5 cm, a été vendu 445.000 dollars. 

En mars 2009, au cours de la dispersion de la collection Jean de Bourgogne, petit-fils d’Émile Gallé, l’étude parisienne Ader avait vendu 182.000 euros un vase parlant en verre soufflé, présentant un décor floral dégagé à l’acide et repris à la roue, sur lequel figure l’inscriptionHommes noirs d’où sortez-vous ? Cette pièce spectaculaire, réalisée par Émile Gallé en hommage au capitaine Dreyfus, avait été présentée à l’Exposition Universelle de 1900, et en 2004 au musée d’Orsay, au sein de l’exposition Le Testament artistique d’Émile Gallé

Dans la même vente, le Musée des Arts Décoratifs avait engagé quelque 64.000 euros pour acquérir la commode Le Champ du sang, réalisée par Gallé vers 1900 à la mémoire des Arméniens victimes des massacres turcs à la fin du XIXe siècle.

Pierrick Moritz

Une vente d’œuvres de Gallé à Versailles en 1970

Le 13 décembre 1970, l’étude Blache à Versailles proposait une vente aux enchères de 293 lots sur le thème de l’Art nouveau, dont une centaine de créations signées Gallé (84 verreries, 15 céramiques, 5 meubles).

La spécialité connaissait un regain d’intérêt spectaculaire depuis quelques années, après avoir été boudée pendant l’après-guerre. Dans les années 1950, les pièces d’époque Art nouveau, comme celle de l’Art déco, étaient reléguées à la fin des ventes courantes. Des professionnels de l’époque ont raconté que des verreries Gallé s’achetaient alors en lot et pour une bouchée de pain.

Les montants des adjudications ont été soigneusement notés sur cet exemplaire du catalogue de la vacation versaillaise (à l’époque, les estimations n’étaient pas publiées dans les catalogues des maisons de ventes françaises).

On constate des prix déjà élevés pour la verrerie Gallé d’exception, comme ces 23.000 francs engagés sur un vase de 1889, dit « parlant » et rendant hommage à l’action de Jeanne d’Arc, reposant sur un socle en bronze par Victor Prouvé, d’une hauteur de 43 centimètres. Cette somme correspond à environ 26.500 euros d’aujourd’hui.

PM



Catégories :Aide estimation (antiquités, art, collections), Design, Paris

Tags:, ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :