Le 11 mai, chez Christie’s : une des ventes aux enchères les plus spectaculaires de l’histoire

35 œuvres d’art impressionniste, moderne, d’après-guerre et contemporain sont proposées pour un montant de plus de 500 millions de dollars (hors frais) dans le catalogue d’une vente aux enchères programmée par Christie’s le 11 mai à New York.

Une estimation globale aussi élevée pour un nombre de lots aussi réduit constitue un évènement inédit dans l’histoire du marché de l’art aux enchères.

Une autre innovation est la réunion des sections de l’art impressionniste et moderne et de l’art d’après-guerre et contemporain dans une même vente, spécialités faisant traditionnellement l’objet de deux vacations distinctes.

Ce plateau épouse notamment un marché de l’art devenu plus transversal, où les collectionneurs cherchent à réunir le meilleur de toutes les époques et dans différentes spécialités.

L’opérateur propose toutefois les jours suivants une importante vacation consacrée à l’art d’après-guerre et contemporain, et une autre dédiée à l’art impressionniste et moderne.

Les deux lots majeurs, Les Femmes d’Alger, version O de Pablo Picasso, une huile sur toile datée de 1955, et L’Homme au doigt d’Alberto Giacometti, une sculpture en bronze conçue en 1947, représentent plus de la moitié de l’estimation. Le premier est estimé autour de 140 millions de dollars, le second autour de 130 millions.

La présentation de deux lots aussi chers dans une même vente aux enchères est une première. Sur la base des estimations, les factures avec les frais (12 %) pour les acheteurs devraient se situer autour de 156,8 millions pour le tableau de Picasso – soit l’œuvre d’art la plus chère jamais vendue aux enchères -, et de 145,6 millions pour la sculpture de Giacometti.

Le Parlement, soleil couchant de Claude Monet, une huile sur toile de 1902 (estimée 35/45 millions de dollars), et N°36 (Black Stripe) de Mark Rothko, une huile sur toile datée de 1958 (estimée 30/50 millions de dollars), sont également associées aux estimations les plus élevées.

Trois œuvres – par Pablo Picasso, Peter Doig et Jean Dubuffet  – sont assorties d’estimations confidentielles, au moins situées dans les parages des 20/30 millions d’un Bœuf de Chaïm Soutine, une huile sur toile peinte en 1923.

853 millions de dollars, le résultat record pour une vente aux enchères, concerne une vacation d’art d’après-guerre et contemporain programmée par Christie’s le 12 novembre 2014 à New York.  82 œuvres avaient été présentées, dont 20 étaient estimées au moins 20 millions de dollars.

Les deux prix les plus élevés étaient allés à des œuvres d’Andy Warhol : 81,9 millions de dollars pour un Triple Elvis [Ferus Type], daté de 1963, encre sérigraphique et peinture argent sur lin, 208,3 x 175,3 cm ; 69,6 millions pour un Four Marlons, encre sérigraphique sur lin brut, daté de 1966, 205,7 x 165,1 cm.

Les deux autres recettes les plus élevées pour une seule vente aux enchères ont été également enregistrées chez Christie’s, et toujours pour des vacations d’art d’après-guerre et contemporain : quelque 745 millions de dollars réunis en mai 2014 (68 lots vendus) et 692 millions en novembre 2013 (63 lots vendus).

PM

Publicités


Catégories :Art contemporain, Art moderne, New York City

Tags:, , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :