Ambroise Vollard au Musée d’Orsay : le fantôme de Julien Tanguy (point de vue)

« De Cézanne à Picasso, chefs-d’œuvre de la galerie Vollard », au musée d’Orsay à Paris jusqu’au 16 septembre 2007.

Cette exposition rassemble le meilleur des œuvres des grands de l’art moderne passé entre les mains du marchand Ambroise Vollard (1866-1939) : Cézanne, Van Gogh, Gauguin, Sérusier, Vlaminck, Matisse, Picasso, pour citer les plus célèbres. Le temps et les hommes ont fait leur travail d’écrémage sur la part d’activité du marchand qui concerne ses probables invendus et les artistes qu’il a représentés et qui ne sont pas passés à une très grande postérité.

Débarqué de sa Réunion natale à Montpellier en 1885 et disposant de faibles moyens, Ambroise Vollard débute dans le commerce à Paris en 1890 en revendant des dessins et des estampes.

Il fréquentera la minuscule boutique de Julien Tanguy (surnommé Le Père Tanguy et dont l’exposition nous montre le fabuleux portrait peint par van Gogh) dans le IXème arrondissement de Paris. Ce marchand de couleurs, ancien communard et bagnard, est un bienfaiteur pour peintres fauchés et méprisés. Il leur avançait le matériel, n’était pas remboursé et avait ensuite le plus grand mal à payer son loyer.

Ces artistes s’appelaient notamment Cézanne, Gauguin ou Van Gogh. Julien Tanguy avait aussi exposé Monet à une époque où personne ne voulait de ses toiles.

Ces créateurs en marge avaient été choisis sans calculs par cet homme qu’on disait illettré et dont l’approche de l’art semble avoir été purement émotionnelle. Il disait que la vision des peintures de van Gogh lui donnait “un coup au cœur”.

Julien Tanguy ne gagnera jamais d’argent avec son commerce.

En 1894,  Ambroise Vollard pourra acquérir de très belles toiles pour des sommes relativement modestes à la vente après décès de Julien Tanguy.

Les choix futurs de Vollard semblent être restés dans la séquence des artistes pêchés chez Julien Tanguy.

Pierrick Moritz

Un excellent livre sur le  sujet : « Les Marchands d’Art en France, XIXe et XXème siècles », par Pierre Nahon, collection Les Essais, éditions de la Différence. 1998. De Alphonse Goupil à Michel et Liliane Durand-Dessert en passant par Paul Guillaume, Léopold Zborowski, Paul Rosenberg, Ambroise Vollard, Aimé Maehgt, Denise René ou Claude Bernard, l’auteur propose 38 passionnants portraits des plus grands marchands d’art en France.

Publicités


Catégories :Art moderne, Expositions, Livres, Musées

Tags:, , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :