Léger et Munch battent des records chez Sotheby’s

Après la vacation d’art impressionniste et moderne de Christie’s, programmée la veille, Sotheby’s a confirmé hier soir la forme insolente du marché de l’art de haut niveau avec sa propre opération dans la spécialité. L’opérateur a vendu pour 39,24 millions de dollars l’étude de Fernand Léger pour La Femme en bleu (estimée 35/45 millions de dollars), et pour 30,84 millions Filles sur le pont, un tableau d’Edvard Munch peint en 1902 (estimé 24/28 millions). Ces deux enchères constituent des records, laissant assez loin derrière eux les prix les plus importants précédemment payés en vente publique pour des œuvres de ces artistes.

Si Sotheby’s fait un peu moins bien que sa concurrente au niveau des invendus (21,15 % contre 17,2 %), on constate que le prix moyen des lots vendus dans les deux vacations est quasiment identique : Sotheby’s totalise 235,33  millions pour 41 lots vendus, soit 5,73 millions par œuvre ; Christie’s totalise 277,27 millions pour 48 lots vendus (soit 5,77 millions par œuvre). Si ce genre de calcul est à interpréter avec des pincettes, le résultat est assez étonnant pour faire l’objet d’une remarque.

On note également une augmentation importante des prix, une tendance inflationniste dans le prolongement d’un phénomène en marche depuis quelques années ; engendrant des niveaux de prix tout à fait inédits dans l’histoire du marché de l’art.

Un Géranium peint en 1910 par Henri Matisse a été payé 9,56 millions de dollars, pour sur une estimation de 2,5 /3,5 millions ; une sculpture représentant un oiseau par Pablo Picasso, estimée 10/15 millions, a été facturée 19,13 millions ; une Femme debout d’Alberto Giacometti est partie à 2,93 millions, sur la base d’une estimation de 800.000/1.2 millions; 1,6 million a été engagé sur une nature morte de Giorgio Morandi, estimée 700.000/900.000 dollars.

Si, à 39,24 millions de dollars, une œuvre de Fernand Léger est le plus grand succès de la soirée, une autre création du même artiste en est le plus gros bide. Cette Partie de Campagne, peinte en 1952-1953, était assortie d’une estimation de 12/18 millions.

Ces acheteurs extrêmement fortunés ne recherchent pas simplement des Léger, des Picasso ou des Van Gogh. Il veulent LE Léger, Le Picasso ou LE Van Gogh.

Pierrick Moritz

Publicités


Catégories :Art moderne

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :