Rétromobile 2010 : 260.000 euros pour la Bugatti sortie du Lac Majeur

 

Crédit photographique : Lorenzo Del Veneziano, Pasqualino Trotta

Pour la troisième édition sa vente de véhicules de collection organisée dans le cadre du salon Rétromobile, la maison de ventes Bonhams a négocié hier pour 260.500 euros les vestiges d’une Bugatti unique au monde et demeurée  immergée 73 ans dans le lac Majeur à plus de 50 mètres de profondeur.

Le véhicule, qui a beaucoup fait  parler de lui ces dernières semaines, a été âprement disputé par six enchérisseurs pour,  finalement, revenir à un collectionneur européen pour le compte de la collection de Peter Mullin. Le Californien  l’exposera en l’état dans son futur musée près de Los Angeles.  Le sous-enchérisseur, américain lui aussi, souhaitait restaurer cette rare automobile.

Crédit photographique : Michel Zumbrunn

Cette Bugatti Brescia de 1925 fut gagnée au poker par un Français travaillant en Suisse. Afin d’éviter de payer les droits de douane, l’homme tenta de la cacher en 1936 dans le Lac Majeur en l’attachant au bout d’une chaîne. La chaîne finit par rompre et la voiture plongea à 53 mètres de profondeur. Elle s’enfonça petit à petit dans la vase à un endroit qui allait devenir un spot de plongée à la fin des années 1960.

Ce n’est qu’en 2009 que des membres des sociétés de sauvetage et de plongée d’Ascona décidèrent de sortir la fameuse Bugatti de l’eau. La délicate opération, qui a nécessité plus de 200 heures de plongée, avait pour finalité de vendre le véhicule aux enchères dans le but financer la Fondation Damiano Tamagni contre la violence juvénile.

Les équipes des plongeurs et de la Fondation Damiano Tamagni étaient présentes lors de la vente Bonhams, elles ont assisté à l’envolée des enchères pour une pièce estimée au départ 70.000/90.000 euros.  

Au début de cette aventure, personne ne connaissait  la valeur de l’automobile enfouie dans la vase. Ce n’est qu’en la dégageant au fur et à mesure, en découvrant son numéro et sa plaque, puis  en faisant des recherches avec l’historien de la marque Bugatti, Hans Matti, que l’histoire a pu être retracée.

Le collectionneur néerlandais qui a enchéri pour le compte de Peter Mullin a confié à la presse qu’il n’avait pas de limite de prix pour acquérir la voiture.

PM (avec communiqué)



Catégories :Paris

Tags:, , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :