En Russie, l’art contemporain engagé est taxé d’extrémiste et de criminel par la justice

Artem Loskutov, leader d’un groupe d’artistes engagés, sera à nouveau entendu par un tribunal russe le 24 août

Alors qu’il se promenait avec des amis dans la ville sibérienne de Novossibirsk, le 15 mai dernier, Artem Loskutov était embarqué par trois agents du Centre de Prévention  de l’Extrémisme, une cellule de police soupçonnée par plusieurs mouvements en faveur des Droits de l’homme de traquer les opposants politiques au Kremlin.

L’artiste de 22 ans est  leader d’un groupe d’artistes engagés dans un travail visant à dénoncer les abus des mondes politiques, des affaires et de la religion, notamment en Russie. Artem Loskutov aurait été arrêté en raison d’un refus de présentation à une convocation non-officielle auprès d’un membre de cette autorité dont les “bureaux” sont nommés les Centres E (E pour Extrémisme). Aussitôt incarcéré, il était accusé de possession de drogue et d’appartenance à un groupe criminel et extrémiste cinq jours plus tard.

Le jeune homme a tout de suite été soutenu par des artistes de Saint-Pétersbourg, notamment à travers les sites Kissmybabushka.com et freekissmybabushka.com dont les auteurs décidaient d’entamer une grève de la faim devant l’Hôtel de ville où se déroulait le Forum Économique de Saint-Pétersbourg, une manifestation de dimension internationale. Devant les médias étrangers, la police russe avait laissé les manifestants mener leur action sans intervenir.

Artem Loskutov a finalement été libéré le 10 juin dernier, mais avec l’interdiction de quitter la ville de Novossibirsk. Il sera à nouveau entendu par un tribunal, le 24 août prochain.

Artem Loskutov et ses amis affirment que les policiers ont glissé 11 grammes de cannabis dans son sac afin de l’incriminer. Le 1er mai dernier, l’artiste avait déjà eu un entretien avec le chef du Centre E concerné, un fait dont le Centre de Prévention contre l’extrémisme nie désormais l’existence. Le représentant du Centre aurait fourni un document signé par des personnes qui ne reconnaissent pas y avoir apposé leur signature.

L’avocat de Artem Loskutov a souligné le fait que les noms des deux témoins principaux ont été modifiés. Quant à celui de l’université de Novossibirsk, où l’artiste aurait revendu de la drogue, il n’existerait pas.

Sources: http://www.theartnewspaper.com/articles/Criminal-case-against-extremist-Siberian-artist-ongoing/18663 et  http://free.kissmybabushka.com/francais-represailles-contre-lartiste/

Un site qui dénonce les répressions en Russie :  http://chtodelat.wordpress.com/



Catégories :Art contemporain, Artivisme, Histoire sociale, Russie

Tags:, , , ,

1 réponse

  1. Les états ne reculent devant rien pour assoir leur dictacte

    L’amour de l’argent est la racine de toutes choses mauvaises…
    il pousse au mal.
    Rien ne peut arrêter les hommes de bonnes volonté.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :