Lyonel Feininger au musée des beaux-arts de Montréal : une identité puissante, d’un exil à l’autre

Visite sur place

Programmée au Whitney Museum of American Art de New York entre juin et octobre dernier, sous le titre Lyonel Feininger: At the Edge of the World, l’importante rétrospective consacrée au peintre expressionniste, désormais intitulée Lyonel Feininger : de Manhattan au Bauhaus, est installée jusqu’au 13 mai au musée des beaux-arts de Montréal. Pour ceux qui le pourront, le détour par cet évènement exceptionnel, consacré à l’une des figures majeures de l’art moderne, s’impose. Les plus récentes expositions consacrées à l’artiste en France, d’une bien moins grande ampleur, remontent à 1992* et 1974**.

Lyonel Feininger a fréquenté toutes les avant-gardes artistiques européennes de la première moitié du XXe siècle. Le travail magistral de ce caractère endurant et indépendant, notamment forgé par la pratique de la musique et l’expatriation, est l’un des plus puissants de l’histoire de l’art moderne occidental. À travers quelque 350 œuvres, huiles sur toile, aquarelles, gravures, illustrations, photographies et sculptures-jouets, cette rétrospective grandiose offre un panorama exhaustif de l’œuvre de Lyonel Feininger, un Américain qui passa les 50 premières années de sa vie d’artiste en Allemagne.

Formation musicale

Lyonel Feininger naît en 1871 à New York, de parents d’origine allemande et musiciens renommés. Formé au violon, au piano et à l’orgue, il conservera une grande passion pour la musique, composant notamment des fugues influencée par Bach dans les années 1920. Après son retour aux États-Unis, en 1937, il pratiquera chaque jour l’orgue et le piano dans son atelier new-yorkais.

Le musicien devient aussi caricaturiste

Alors que ses parents sont partis pour une tournée de concerts en Europe, le jeune Feininger quitte les États-Unis en 1887, dans le but d’étudier le violon au conservatoire de Leipzig. On le retrouve, l’année suivante, élève à l’Académie Royale prussienne des beaux-arts, à Berlin.

L’adolescent y retrouve sa mère. Séparée de son mari, elle vit dans une pension berlinoise. Le lieu est fréquenté par des caricaturistes de presse. Dès 1890, Lyonel Feininger voit ses dessins reproduits dans un journal berlinois, le Humoristische Blätter. En 1893, après avoir réalisé des illustrations pour des boîtes de cigares et un roman et séjourné à Paris, où il dessine dans la rue toute en fréquentant l’académie Colarossi, il décide de se lancer dans une carrière de caricaturiste.

Entre temps, il a passé un an dans un collège jésuite belge, son père l’a poussé à s’y inscrire pour améliorer une culture générale insuffisante. Des années plus tard, cette expérience nourrira son art avec des représentations peu amènes de ces religieux, comme dans Jésuite I, une huile sur toile de 1908 où une élégante aguicheuse dévisagée par deux jésuites ne renonce en rien à son attitude effrontée, ou dans Le Grand Inquisiteur, une encre sur papier de 1911.

Lyonel Feininger devient rapidement l’un des caricaturistes les plus réputés de Berlin ;  il répond à une commande du Chicago Tribune pour réaliser deux bandes dessinées. En 1910, à Paris, père d’un enfant et vivant avec sa seconde compagne, il dessine pour Le Témoin, journal avec lequel il collaborera jusqu’en 1910.

Premiers tableaux à l’huile en 1907

Lyonel Feininger signe ses premiers tableaux à l’huile en 1907. Il fréquente Le Dôme à Montparnasse, se lie notamment avec Jules Pascin et Richard Götz, peint des scènes architecturales de Paris.

Les tableaux  de ses débuts peuvent évoquer les illustrations d’un livre de contes, enchantés, proches du primitivisme. Mais rien n’est naïf dans cette réalité intérieure fixée sur la toile. La vraie candeur n’est plus possible dans cet enracinement au  monde de l’enfance. Dans le nombre et la foule travestie, la meute ne semble jamais très loin. Le fantastique est trop puissant, dans des carnavals de masques et d’accoutrements, pour jouer la poésie. La distorsion d’échelles est parfois menaçante. Dans des huiles sur toile de 1909-1910, comme Lecteurs de journaux, où des hommes lisent leur journal au pas de course, on retrouve au premier plan la figure d’un géant et d’un homme minuscule, proportions dérangeantes que le peintre impose. Comme tout est sincère, tout est vrai.

Catalogue de l’exposition, première monographie majeure publiée en français sur l’œuvre de Lyonel Feininger

Intégration du cubisme

Quand il expose au salon des Indépendants de Paris, en 1911, Lyonel Feininger découvre le cubisme. L’artiste intègre les préceptes de cette avant-garde par une géométrisation des formes qui resteront toujours figuratives, relevant parfois du puzzle assemblé, sans dissociations comme dans les représentations de collages des autres. Les lignes de fraction se feront de plus en plus subtiles, les couleurs joueront les transparences, jusqu’aux chefs-d’œuvre de la fin des années 1920, comme Verre brisé, une toile représentant des plaques de verre transparent et coloré appuyées contre un mur, ou ses marines. Mais le cubisme est déjà très loin.

Lyonel Feininger, peintre de la vitesse, comme en rendez-vous avec le futurisme

Avec le futurisme, Lyonel Feininger est déjà en territoire connu. Il est incontestablement un dessinateur et un peintre de la foule et du rythme. Ses toiles révèlent une extraordinaire aptitude à traduire les registres du mobile, du mouvement et de la vitesse. Ce don est particulièrement frappant dans les enjambées des personnages sur les toiles des premières années de peinture à l’huile, dont aussi Vélocipédistes (1910) ou le prodigieux Course cycliste (1912).

Un peintre lié aux avant-gardes artistiques européennes

Lyonel Feininger est lié à toutes les avant-gardes majeures de l’époque. Membre de la Sécession Berlinoise depuis 1908, il décline une première invitation d’exposer avec le groupe allemand expressionniste Die Brücke. Il finit par accepter la seconde, en 1914, comme celle de Franz Marc, cofondateur du groupe Blaue Reuter avec Kandinsky, dans le cadre d’un salon organisé par l’éditeur du magazine Der Sturm. Il entretient une correspondance avec Alfred Kubin du groupe Blaue Reuter, et, en 1919, devient membre du conseil des artistes de l’Arbeitstrat für Kunst, fondé notamment par Walter Gropius. La même année, il est nommé maître au Bauhaus, l’école d’art d’état créé à Weimar, une ville qu’il a déjà fréquenté avec sa compagne.

Deux exceptionnelles vitrines de jouets-sculptures

Entre 1913 et 1914, Lyonel Feininger conçoit des prototypes de petits trains en bois pour un fabricant allemand. L’artiste fabrique des jouets  sculptés à la main pour ses fils. Il s’agit de trains, de personnages et de bâtiments miniatures. Il poursuivra cette activité, offrant ses créations à ses amis et à leurs enfants. L’exposition propose deux exceptionnelles vitrines réunissant plusieurs dizaines de ces sculptures-jouets.

Pas Allemand en Allemagne

Bien qu’ayant vécu la majeure partie de sa vie en Allemagne, Lyonel Feininger conservera sa nationalité américaine toute sa vie.  Ce qui lui vaudra d’être séparé de sa famille durant la Grande Guerre. Bloqué pendant une longue période à Berlin, il doit pointer chaque jour au poste de police local.

Pas Américain aux États-Unis

Si, dès 1921, le Detroit Institute of Art achète Le Bateau à Aubes II à Lyonel Feininger, première de ses peintures à entrer dans un musée américain, son art est estampillé comme d’origine allemande aux États-Unis dès 1913, au sein d’une exposition d’art graphique, la première de l’artiste outre-Atlantique. Dix ans plus tard, il exposera 47 œuvres aux Anderson Galleries de New York, dans le cadre d’une manifestation consacrée à l’art moderne allemand.

En 1929, une de ses toiles est incluse dans l’exposition Paintings by 19 living Americans au Museum of Modern Art de New York. La critique d’art américaine conteste avec virulence que Feininger soit un artiste américain.

Une avant-garde qui ne plaît pas du tout au national-socialisme allemand 

Dès 1924, Lyonel Feininger et ses collègues du Bauhaus subissent les pressions des syndicats d’artisans et des nationaux socialistes. Il suivra le déménagement à Dessau, en 1925, ville où il  partagera une maison de maître avec Laszlo et Lucia Moholy-Nagy pendant plusieurs années. Il abandonnera sa charge d’enseignant en 1928.

Ses œuvres exposées pour être ridiculisées, “chambre des horreurs”

En 1930, sur instruction du ministre de l’Intérieur et membre du parti nazi, le Schlossmuseum de Weimar décroche notamment les œuvres de Lyonel Feininger de son fonds d’art moderne. En mars 1933, deux mois après l’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir, les peintures de Feininger, ainsi que celles d’autres artistes modernes appartenant à des municipalités ou à l’État, sont exposées pour être ridiculisées dans les vitrines du journal du parti nazi. La maison des Feininger est perquisitionnée par une section d’assaut ; l’artiste parvient à entreposer ses œuvres au Moritzburg Museum. Elle y resteront en sécurité pendant quelques mois, avant d’être reléguées avec d’autres œuvres d’art moderne du musée dans une « chambre des horreurs », que le public peut visiter.

En 1935, Lyonel Feininger, dont la compagne est juive, trouve des banderoles antisémites à l’entrée du village où ils habitent. La Chambre de la Culture nazie lui réclame des preuves de son ascendance aryenne. Il fournit les documents mais ne pourra exposer que très exceptionnellement. En 1936, Feininger s’arrange pour qu’un ami emporte ses œuvres dans sa ferme familiale.

Deux tableaux de Feininger exhibés dans l’exposition nazie “L’Art dégénéré” font partie de la rétrospective

Le 19 juillet 1937, les nazis ouvrent l’exposition “L’Art Dégénéré”, à Munich. Il s’agit d’une réunion de plus de 600 œuvres d’art moderne confisquées dans des musées allemands. 24 sont de Lyonel Feininger. La manifestation voyagera dans le pays pendant 3 ans.  Les autres œuvres d’art moderne des collections publiques allemandes, dont 460 de Feininger, furent expédiés à Berlin pour être vendues ou brûlées.

Deux tableaux de l’artiste ayant figuré dans l’exposition “L’Art Dégénéré” sont présentés au sein de la rétrospective montréalaise.

Départ définitif pour les États-Unis

En juin 1937, Lyonel Feininger quitte définitivement l’Allemagne avec sa compagne.  L’artiste a reçu une invitation à enseigner au Mills College d’Oakland en Californie, institution pour laquelle il a travaillé l’année précédente, lors d’un déplacement temporaire. Le couple élit domicile à New York, où leur plus jeune fils est déjà établi, le second les rejoindra deux ans plus tard. En 1940, Feininger se lance dans une série de tableaux de gratte-ciel de Manhattan.

Consécration aux États-Unis

À travers, entre autres, une grande exposition de l’artiste organisée dans la galerie new-yorkaise de Karl Nierendolf en 1937, deux commandes officielles pour l’exposition Universelle de New York de 1939, un premier prix pour Gelmeroda XIII, peint en 1936, à l’exposition Artists for Victory au Metropolitan Museum, qui achète le tableau, une rétrospective avec Hartley, en 1944, au Museum of Modern Art et qui circulera dans 10 villes américaines, Lyonel Feininger devient célèbre aux États-Unis.

En 1945, l’artiste enseigne au Black Mountain College, une école d’art expérimentale. Il est venu à l’initiative de Josef Albers, ancien collègue du Bauhaus où Feininger avait la réputation de porter la même attention à tous ses élèves, qu’ils soient doués ou pas. Deux ans plus tard, il est élu président de la Fédération des peintres et sculpteurs américains. En 1949, à Boston, l’Institute of Contemporary Art organise une rétrospective conjointe des œuvres de Lyonel Feininger et Jacques Villon. L’exposition voyagera aussi à Washington et Wilmington en Caroline du Nord.

Avec une santé en déclin depuis plusieurs années, Lyonel Feininger meurt le 13 janvier 1956 dans son appartement new-yorkais.

Photographie de Lyonel et Andreas Feininger

En fin de parcours, la rétrospective montre des tirages de photographies réalisées par Lyonel Feininger à partir de 1928, après que ses fils aient aménagé une chambre noire dans la maison familiale.

L’artiste s’adonnera à cette spécialité par intermittence jusqu’à la fin de sa vie, et pour l’aider un temps dans son travail de peintre. De retour aux États-Unis, dans un New York qu’il ne reconnaît plus, Lyonel Feininger se rapproche de sa ville natale métamorphosée en la photographiant.

Ces tirages sont présentés près d’un important ensemble réalisé par son fils Andreas, photographe du modernisme américain mondialement connu.

Pierrick Moritz

*Feininger à Paris : les dessins de Paris de Feininger, 1892-1911, exposition itinérante du Achim Moeller Fin Art, New York, à la Biennale internationale des antiquaires, Grand Palais, Paris. 1992.

** Lyonel Feininger, huiles, aquarelles et dessins, Galerie Berggruen et Cie, Paris. 1974.

Source biographique : catalogue de l’exposition par Barbara Haskell. Textes de John Carlin, Bryan Gilliam, Ulrich Luckhardt, Sasha Nicholas. Publié par le Musée des beaux-Arts de Montréal et Somogy éditions d’art, Paris, en collaboration avec le Whitney Museum of American Art, New York. 288 pp, 256 reproductions en couleurs, 12 en noir et blanc. Entoilé sous jaquette. 29 x 24,5 cm.

Cet article

 

Advertisements


Catégories :Art moderne, Art volé, Au Québec, Bande dessinée, Canada, Expositions, Livres, Photographie, Voyages

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :