Un « Nu couché » par Amedeo Modigliani payé 170,4 millions de dollars chez Christie’s

Un magistral Nu couché d’Amedeo Modigliani, peint à l’huile sur toile – 60 x 92 cm – en 1917-1918, a été payé 170,4 millions USD avec les frais (adjugé 152 millions) lors d’une vente transversale d’œuvres d’art impressionniste, moderne, d’après-guerre et contemporain, intitulée The Artist’s Muse, chez Christie’s le 9 novembre à New York.

Il s’agit de la deuxième œuvre la plus chère jamais vendue aux enchères, derrière Les Femmes d’Alger (version O) de Pablo Picasso, une huile sur toile (114 x 146,4 cm) datée de 1955, payée 179,36 millions USD en mai 2015, chez le même opérateur.

Le précédent prix record pour une œuvre d’Amedeo Modigliani vendue aux enchères s’élevait à 70,72 millions USD. Cette somme a été engagée sur la sculpture Tête, une œuvre réalisée en 1911-1912, d’une hauteur de 73 cm, chez Sotheby’s en novembre 2014.

Le précédent prix record pour une peinture d’Amedeo Modigliani vendue aux enchères était de 68,96 millions USD. Il concerne La Belle Romaine (Nu assis sur un divan), une huile sur toile peinte en 1917 (100 x 65 cm), vendue en 2010 chez Sotheby’s à New York.

Amedeo Modigliani ‘Nu couché (Reclining Nude)’ (1)

Ce Nu couché de Modigliani vendu chez Christie’s est une peinture très exceptionnelle, absolument « hors concours », comme on en on voit très rarement dans les grandes ventes aux enchères internationales. Les plus grands musées du monde entier s’arracheraient une œuvre de ce type…s’ils en avaient les moyens. À l’échelle planétaire, seule une petit poignée de milliardaires peut s’offrir une œuvre d’art à un tel tarif. Crédit photo : Christie’s.

Ce Nu couché fait partie d’une série de grands nus féminins réalisée par Modigliani, encouragé par le poète et marchand d’art Léopold Zborowski dans cette entreprise.  

En décembre 1917, dans la première exposition personnelle de Modigliani, chez la galeriste Berthe Weill, à Montmartre, figuraient quatre nus de ce type.

Dans le savoureux  L’Art qui fâche, le musée des scandales (Gründ, 2013), Éléa Baucheron et Diane Routex racontent la soirée de vernissage où la police débarqua pour réclamer le retrait de ces nus : Berthe Weil : « Mais qu’est-ce qu’ils ont ces nus ? » La galeriste relate dans ses mémoires que le commissaire réplique de manière outrée, les yeux exorbités : « Ces nus ! …ces nus…ils ont des ppoils* ! ». Devant la menace d’une condamnation pour outrage à la pudeur, les œuvres incriminées furent retirées de l’exposition.  

adjudication modigliani christie's

Capture d’écran au moment de l’adjudication, à 152 millions USD, pour un prix final de 170,4 millions avec les frais.

Le tableau bénéficiait d’une garantie de vente de la part de l’opérateur. C’est-à-dire qu’un prix minimum de vente, confidentiel, a été garanti à son propriétaire, un collectionneur européen, quelle que soit l’issue de la vente. Si le montant de l’adjudication est supérieur à ce prix convenu, l’investisseur réalise un bénéfice.

Ce Nu couché par Amedeo Modigliani à 170,4 millions USD rejoint le petit groupe des œuvres d’art vendues aux enchères pour plus de 100 millions USD.

Pierrick Moritz

 

*Avec deux p dans le texte.

Publicités


Catégories :Art moderne, New York City

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :