Jean Prouvé, Jef Aerosol, … : la vente transversale « More » d’Artcurial couronnée de succès

La vente aux enchères transversale, telle que l’attend aujourd’hui une clientèle internationale particulièrement exigeante, est perçue par certains comme une facilité dans un contexte de raréfaction globale de la marchandise de qualité. Ce genre d’opération est au contraire très compliqué à mettre en œuvre. Il s’agit de sélectionneur des pièces pour former un ensemble cohérent (esthétiquement, qualitativement,…). Cela suppose, entre autres, d’être capable d’en éliminer certaines, pourtant intéressantes, dans ce fameux contexte de raréfaction de la marchandise de qualité. Le lot de trop briserait la logique.

Dans cette catégorie, le travail effectué par Artcurial pour la deuxième édition de sa vente More (design, estampes, limited edition, urban prints…), le 22 mars à Paris, a été couronné de succès. La vacation a généré 855.0005 euros (957,605 $) frais inclus, soit un résultat supérieur à l’estimation globale de 593.900 euros (665.168 $) frais non inclus. 80 % des lots ont trouvé preneur.

Près de 50 % des achats est le fait de la clientèle étrangère, d’une vingtaine de nationalités différentes. Un collectionneur américain a engagé 33.800 euros (37,856 $) sur un guéridon dit Cafétéria par Jean Prouvé, daté de 1953, dont 6.000/8.000 euros étaient attendus. Achat américain, également, pour une table de réfectoire à pieds profilés dite « SNCASE » par Jean Prouvé, vers 1939, payée 28.600 euros (32,032 $), pour une estimation de 20.000.30.000 euros. Un collectionneur du Moyen-Orient s’est offert un portrait de Serge Gainsbourg par Jef Aerosol pour 9.100 euros (10,192 $), une œuvre estimée 6.000/8.000 euros.

Les trois enchères les plus élevées ont été portées par des collectionneurs européens. Un Balloon Venus Dom Perignon par Jeff Koons, daté de 2013, réalisé en résine de polyuréthane laquée rose, a été payé 41.500 euros (46,480 $), pour une estimation de 30.000/40.000 euros. 39.000 euros (44,070 $) ont été engagés pour acquérir La Carpe d’or par François-Xavier Lalanne, 1987, une résine dorée à la feuille dont 20.000/30.000euros étaient attendus. Un fauteuil dit “Little Heavy” par Ron ARAD, 1989, acier patiné, a été payé 35.100 euros (39,663 $), pour une estimation de 25.000/35.000 euros.

PM

 

 

Publicités


Catégories :Art urbain, Design, Paris

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :