Une vente d’art chinois historique souligne la fin de la domination mondiale de l’art occidental

La recette de quelque 263 $million réalisée le 15 mars à New York dans le cadre de la dispersion aux enchères par Christie’s de 29 pièces d’art traditionnel chinois issues du Fujita Museum correspond à une étape majeure pour le marché de l’art aux enchères mondialisé.

Dans un univers où même les collectionneurs et les investisseurs les plus riches doivent faire des choix devant des prix historiquement élevés, la concurrence entre les grandes spécialités est sensiblement renforcée.

Plus fort que chacune des récentes ventes d’art impressionniste à moderne de Sotheby’s et Christie’s

Ce résultat de quelque 263 $millions pour une vente aux enchères d’art traditionnel chinois est historique. Il dépasse sensiblement ceux récemment obtenus à Londres pour chacune des grandes ventes en soirée d’art impressionniste à contemporain occidental proposées par Christie’s et Sotheby’s. Et c’est une première pour ce type de comparaison, tenant compte du nombre d’œuvres proposées. Il est aussi caractérisé par une forte proportion d’estimations décuplées jusqu’à des niveaux record.

Prix record pour une peinture chinoise vendue hors d’Asie

Estimée 1,2-1,8 million de dollars, Six Dragons par Chen Rong (XIIIe siècle)encre sur papier sur rouleau en largeur (34,3 x 440,4 cm), accompagnée d’une calligraphie (35,1 x 82,78 cm), a été payée 48,96 millions de dollars. L’œuvre porte plusieurs dizaines de sceaux, dont 14 de l’empereur Qianlong (règne : 1736-1795). Il s’agit du prix le plus élevé pour une peinture chinoise vendue  aux enchères hors d’Asie.

Saules et oies par Zhao Lingrang (fin XIe -début XIIe), encre et couleurs sur soie sur rouleau en largeur (32,6 x 93,1 cm), une œuvre marquée de dizaines de colophons et de sceaux de collectionneurs (dont de l’empereur Qianlong), estimée $750.000-$950.000, a été payée 27,12 millions de dollars.

Ces deux œuvres figurent dans le Shiqu Baoji, un ensemble de catalogues réalisés sous Qianlong pour répertorier les peintures et les calligraphies des collections impériales de la dynastie Qing.

Couverture du catalogue de cette vente historique par Christie’s, sur laquelle figure Six Dragons par Chen Rong, une œuvre intemporelle adjugée 48,96 millions de dollars avec les frais.

Quatre récipients en bronze datés de la fin de la dynastie Shang vendus pour 125,28 millions de dollars

Pour une estimation globale de 21-30 millions de dollars, quatre bronzes archaïques datés de la fin de la dynastie Shang (vers 1600-vers 1050 avant J.-C.), l’âge d’or pour le genre, totalisent 125,28 millions de dollars, dont 37,20 millions, le second prix le plus élevé de la vacation, engagés pour acquérir un récipient en bronze rituel fang zun (littéralement : vase carré), destiné à contenir le vin, XIIIe-XIe siècles avant J.-C, estimé  6-8 millions.

Chacune des sommes engagées (37,20 millions ; 33,84 millions ; 27,12 millions ; à nouveau 27,12 millions) pour ces quatre pièces dépasse très sensiblement le précédent prix record de 9 millions de dollars pour un bronze archaïque chinois vendu aux enchères (Christie’s, 2001). Cette référence concerne un récipient en bronze rituel dit fang lei  (vase destiné à recevoir les boissons fermentées et à quatre faces), daté entre la fin de la dynastie Shang et le début des Zhou de l’Ouest (vers 1050-771 avant J.-C.), dont le couvercle manquait. Une nouvelle transaction concernant cette pièce a été assurée par Christie’s en mars 2014, au profit d’un groupe de collectionneurs privés de la province chinoise du Hunan, décidé à en faire cadeau au Musée provincial du Hunan, qui possède son couvercle. Le prix n’a pas été révélé.

Cette dispersion se déroulait dans le cadre de l’Asia Week de New York.  Le 15 mars, Christie’s a engrangé quelque 267 millions de dollars en trois vacations d’art traditionnel chinois. Trois autres ventes dans la spécialité sont programmées les 16 et 17 mai.

Pierrick Moritz

Pour une meilleure compréhension de ce phénomène, vous pouvez lire mon étude Les Valeurs de l’art chinois, mémoire totale de la pensée chinoise – Culture et enchères, publié le 22 février 2017, un document non illustré disponible uniquement en version numérique sur Amazon (90 pages au format Kindle, 9,20 €). Le début de l’ouvrage peut être lu gratuitement. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines sur ArtWithoutSkin.com.

Advertisements


Catégories :Analyses (marché de l'art), Art chinois, New York City

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :