Paris – Art ancien d’Afrique, d’Océanie et d’Amérique : prix forts et forts invendus

4 millions d’euros de la recette globale de 6,6 millions d’euros générée par deux ventes aux enchères successives d’art ancien d’Afrique, d’Océanie et d’Amérique proposées chez Christie’s Paris le 30 octobre sont apportés par trois pièces originaires d’Afrique, soit 60 % du chiffre. Avec un excellent pedigree, de très belles pièces aux estimations élevées n’ont pas trouvé preneur.

La dispersion de la collection d’art ancien d’Afrique et d’Océanie du financier et mécène Adolphe Stoclet (1871-1949) par ses descendants comptait 28 lots, dont la moitié n’a pas trouvé preneur. Sur les 7 pièces assorties des estimations les plus élevées, de 50.000 – 60.000 euros à 300.000 – 500.000 euros, une a été vendue.

86 % de la recette de 1,39 million d’euros frais inclus est généré par la vente d’un appui-tête en forme de léopard Yaka, République Démocratique du Congo, H. 19 cm, payé 1,20 million d’euros frais inclus pour une estimation de 300.000-500.000 euros hors frais. Pour la plus ancienne propriété citée au catalogue, cette pièce était située dans la collection Gustave E. de Hondt (Bruxelles) vers 1940, comme un siège à cariatide Luba, République Démocratique du Congo, H. 40 cm, estimé 300.000-500.000 euros et figurant par les invendus majeurs.

La deuxième adjudication frais inclus la plus élevée tombe à 85.500 euros. Elle concerne un ornement de flûte Iatmul, région du Moyen-Sepik, Papouasie-Nouvelle-Guinée, H. 86 cm, estimée 30.000-50.000 euros hors frais. Aucune indication de provenance antérieure à sa présence dans la collection d’Adolphe Stoclet ne figurait au catalogue.

Pour des estimations figurant parmi les plus élevées, un masque Songye Kifwebe, République Démocratique du Congo, H. 33 cm, estimé 200.000-400.000 euros hors frais, et un sommet de sceptre Kongo Woyot, République Démocratique du Congo, H. 11 cm, estimé 100.000-150.000 euros hors frais, n’ont pas trouvé preneur. Aucune indication de provenance antérieure à leur présence dans la collection d’Adolphe Stoclet ne figurait au catalogue.

La seconde vacation proposait 159 lots d’art ancien d’Afrique, d’Océanie et d’Amérique.

106 ont trouvé preneur pour une recette de 5,21 millions d’euros frais inclus.

Le prix le plus élevé, 2,40 millions d’euros frais inclus, va au lot phare du catalogue, un masque Fang, Ngil, Gabon, d’une hauteur de 59 cm, à l’estimation confidentielle. La pièce a été collectée sur place par un médecin français entre 1910 et 1940, puis acquise auprès de ce dernier par René Withofs, Bruxelles, en 1948, avant de rejoindre la collection Jacques et Denise Schwob le 18 mai 1954, et d’être transmise par descendance à l’actuel propriétaire.

Le deuxième lot le plus cher du catalogue, une figure de reliquaire Fang, Eyema Byéry, Gabon, soclée par Kichizo Inagaki, d’une hauteur de 56 cm, estimée 700.000 euros-1,2 million d’euros hors frais, n’a pas trouvé preneur. Cette sculpture  était initialement située dans la collection André Lefèvre (1893-1963), avant de transiter par la galerie Percier, puis de rejoindre la collection Jacques et Denise Schwob en 1953, et d’être transmise par descendance à l’actuel propriétaire.

Estimée 300.000-500.000 euros hors frais, une statue Songye Kalebwe, République Démocratique du Congo, d’une hauteur de 89 cm, a été payée 439.500 euros. Elle provient initialement de la Collection René Gaffé (1887-1968), passe ensuite dans la collection Jacques et Denise Schwob, avant d’être transmise par descendance au propriétaire actuel.

Figurant également parmi les estimations les plus élevées du catalogue, un siège Luba à double cariatides, République Démocratique du Congo, H. 60 cm, attendu à 200.000-300.000 euros hors frais, n’a pas été vendu. La pièce avait été collectée par le capitaine Heinrich Fonck (1869-1933), au Congo vers 1900, puis offerte par ce dernier au Linden Museum de Stuttgart vers 1905. Le musée allemand l’a cédée à Arthur Speyer en 1956. Elle a été acquise de ce dernier par Peter Loebarth et avant 1975. On la trouve ensuite chez Adrian Schlag, puis acquise auprès de ce dernier pour entrer dans une collection américaine.

PM

Publicités


Catégories :Afrique, Analyses (marché de l'art), Art d'Afrique, Art d'Océanie, Marché de l'art, Paris

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :