Brocantes à New York : moins chères qu’en France, indépendamment de l’euro fort

 

« Chelsea outooor flea market « , le samedi matin : à l’angle des 6ème avenue et 17ème rue. Boutique dans le quartier de Chelsea.

En France, la clientèle américaine a quasiment disparu des grandes brocantes, comme celle du Marais, à Paris, dont elle assurait une bonne partie du chiffre d’affaires. L’euro plus ou moins fort ne fournit qu’une  partie de l’explication à cette désaffection ; même en appliquant la parité euro/dollar aux prix affichés à New York, la marchandise la plus courante est souvent moitié moins chère qu’en France.

Le constat saute aux yeux  : à New York,  les prix des objets de brocante proposés en magasin ou sur les marchés sont, à marchandises égales,  beaucoup moins élevés qu’en France, et ceci indépendamment de la faiblesse du dollar.

Les bijoux fantaisie, les jouets des années 1940-1950,  les photographies anciennes, dont militaires, et  les vêtements vintage, par exemple, y sont vendus à partir de quelques dollars.

Quelques exemples de prix constatés sur le grand marché couvert de Chelsea, The Garage Flea Market (6ème Avenue, 25ème rue), très couru et actif :

–  une paire de fauteuils de la fin des années 1960, coque en Plexiglass, très bon état :  260 dollars (179 euros) ;

– un petit meuble à musique anglais en bois noirci, fin du XIXème siècle, très bon état : 170 dollars (117 euros) ;

– un ensemble de 6 marionnettes des années 1950, personnages du Magicien d’Oz :  11 dollars (7,50 euros l’ensemble) ;

–  un large bracelet en bakélite de deux couleurs, années 1940, soldé à 45 dollars (31 euros), dans une boutique toute proche.

Même en ramenant ces prix à la parité euro/dollar, ils demeurent bien inférieurs à ceux pratiqués en France, avec une différence souvent de l’ordre de 50 %.

Un autre point positif des brocantes new-yorkaises est l’absence de stands entiers de copies d’ancien, ou de vêtements et accessoires neufs,  comme on le voit souvent sur les déballages en plein air français. J’ai repéré une seule copie chinoise récente de faïence européenne du XIXème siècle,  sur l’intéressant petit marché du samedi matin du quartier de Chelsea, à l’angle de la 6ème Avenue et de la 17ème rue

Contrairement à une idée répandue, peut-être parce que les graphismes de certaines estampilles ou marques anglo-saxonnes de la fin du XIXème siècle ou du début du XXème siècle peuvent sembler beaucoup plus récentes aux yeux des Européens, les objets dans les brocantes américaines ne sont pas moins anciens qu’en France. La majorité date des années 1890 à 1970, avec une forte représentativité pour les années 1940 à 1960 et l’origine nord-américaine.

Pierrick Moritz

Publicités


Catégories :New York City, Voyages

Tags:, , ,

9 réponses

  1. La brocante le garage 25 rue n’existe plus depuis 1 an

  2. Il existe des sortes de « vide-greniers » à New York mais en version plus individuelle. On, appelle ça des « garage sales ». Il y a de nombreux sites où les gens se repertorient pour annoncer qu’ils vident leur garage. Le guide New York Shoppisme indique aussi toutes les adresses pour chiner comme les thrift stores très nombreux à NY.

  3. Le mieux est d’aller au Garage Flea Market (6ème Avenue, 25ème rue) dit aussi Antiques Garage où il y a beaucoup d’exposants et où les prix sont vraiment intéressants.

    Pour le genre déballage en plein air, en plus de l’adresse citée dans l’article,vous avez aussi le Hell’s Kitchen Flea Market dans la 39eme rue par la 9ème ou 10 ème Avenue.

    Ces marchés fonctionnent uniquement le week-end.

    Il ne faut pas hésiter non plus à visiter les nombreuses boutiques de brocante que vous croiserez forcément sur votre chemin (à New York, on marche beaucoup)

    Le concept du vide-grenier tel qu’on l’entend en France n’existe pas dans la ville de New york, Si c’est ce que vous recherchez.

  4. bonjour
    y at’il des brocantes dans la semaine du 10 octobre au 15 octobre 2008?
    merci de votre reponse

  5. Bonjour,

    Les deux lieux indiqués dans l’article sont les principaux à New York où vous êtes susceptible de trouver des objets intéressants.

    Il ne faut pas hésiter non plus à pousser les portes des boutiques de brocante et d’antiquités.

    • A la suite d’un héritage, j’ai un certain nombre de meubles ancien de belles factures qui ne plaise plus en France et que je souhaiterai proposer à des antiquaires américains directement, auriez-vous des adresses à me fournir
      afin que je les contacte.

      Merci d’avance.
      SMJ

      • Il est un peu difficile de vous conseiller sans savoir de quel type de mobillier il s’agit.
        Globalement, le mobilier français ancien peut se vendre en Californie. Il faut alors chercher du côté de Santa Barbara, Carmel. Vous pouvez trouver de nombreuses adresses sur le Net.
        Sinon, en France, les professionnels le plus en contact avec une clientèle américaine sont les marchands des puces de Saint-Ouen.
        Mais ici, comme aux États-Unis, les affaires marchent mal. Les professionnels essaient plutôt de se débarrasser de leurs stocks.

  6. J AIMERAI RECEVOIR PAR RETOUR DE MAIL LES BROCANTES PREVUES A NEW YORK DU 03 AU 09 JUILLET.CORDIALEMENT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :