Enchères – Peinture de la Renaissance : pas de millions pour un portrait d’Agnolo Bronzino ; 10,4 millions pour la « Madone des Rockefeller »

Lot vedette d’une importante vente aux enchères sur le thème de la Renaissance, proposée aujourd’hui par Christie’s, à New York, un Portrait d’un jeune homme avec un livre, une huile sur panneau d’Agnolo Bronzino (1503-1572), n’a pas trouvé preneur. L’œuvre, d’un format de 94 x 78 cm, était estimée 12/18 millions de dollars. Pour une première origine certaine, elle était située dans la collection Corsini, au Palais Corsini, à Florence, vers 1842.

Dans une vacation ou 19 lots sur les 52 présentés n’ont pas trouvé preneur, d’autres œuvres de la Renaissance florentine ont néanmoins été échangées contre des sommes considérables.

Une Vierge à l’Enfant, peinte par Baccio della Porta dit Fra Bartolommeo (1472-1517), une huile sur panneau ronde (diamètre : 64, 7 cm), présentée dans son encadrement d’origine, a été facturée quelque 13 millions de dollars pour une estimation de 10/15 millions.

De Sandro Botticelli (Alessandro Filipepi, dit), une Vierge et l’Enfant avec le jeune Saint Jean-Baptiste, surnommée « la Madone des Rockefeller » car elle a séjourné dans cette richissime famille entre 1931 et 1981, a été facturée 10,4 millions de dollars. Cette œuvre, peinte à l’huile, à la tempera et à l’or sur panneau (46,3 x 36,8 cm) était estimée 5/7 millions. L’autre déconvenue majeure de la vacation concerne une œuvre de cet artiste, une Vierge à l’Enfant tenant une grenade, tempera et huile sur toile (73,7 x 43,2 cm), assortie d’une estimation de 3/5 millions.

De Scipione Pulzone, dit Le Gaetano (1544-1598), un Portrait de Jacopo Boncompagni, posant de trois-quarts en armure, une huile sur toile mesurant 121,9 x 99 cm, a pulvérisé son estimation de 1/1,5 million de dollars, pour une facture de quelque 7,6 millions.

Du côté des objets d’art en terre cuite émaillée présentée dans cette vente, une plaque  en relief de Benedetto Buglioni (1459/60-1521), représentant la Vierge adorant le Christ entre deux anges tenant un rouleau, a été facturée 458.500 dollars pour une estimation de 30.000/50.000 dollars.

Le troisième invendu le plus important est une œuvre de Giovanni di ser Giovanni Guido, dit Lo Scheggia (1406-1486), dont 700.000/1 million de dollars étaient attendus. Plusieurs autres peintures et une gravure estimées plusieurs centaines de milliers de dollars pièce sont également restées sur le carreau.

Pierrick Moritz

Publicités


Catégories :Marché de l'art, New York City, Peinture ancienne

Tags:, , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :