Modigliani, Gauguin, Cézanne,…: 500 œuvres d’art impressionniste et moderne chez Christie’s

Christie’s va mettre en vente quelque 500 œuvres d’art impressionniste et moderne à travers des vacations physiques programmées du 9 au 13 novembre à New York et une vente en ligne de céramiques de Picasso (3-20 novembre).

Des œuvres importantes d’Amedeo Modigliani, Paul Gauguin, Paul Cézanne, Alberto Giacometti et Pablo Picasso, entre autres, seront livrées aux enchères.

Nu couché d’Amedeo Modigliani, une huile sur toile – 60 x 92 cm – peinte en 1917-1918, pourrait produire plus de 100 millions USD, un tarif très supérieur au prix record pour une œuvre de l’artiste vendue aux enchères – les 70,72 millions USD engagés sur la sculpture Tête, une œuvre réalisée en 1911-1912, d’une hauteur de 73 cm, en novembre 2014 chez Sotheby’s.  

Le prix record pour une peinture d’Amedeo Modigliani est de 68,96 millions USD. Il concerne La Belle Romaine (Nu assis sur un divan), une huile sur toile peinte en 1917 (100 x 65 cm), vendue chez Sotheby’s en 2010.  

Ce Nu couché fait partie d’une série de grands nus féminins réalisée par Modigliani, encouragé par le poète et marchand d’art Léopold Zborowski dans cette entreprise.  

Quatre nus de ce type figuraient dans la première exposition personnelle de Modigliani, chez la galeriste Berthe Weill, à Montmartre, en décembre 1917. 

Dans le savoureux  L’Art qui fâche, le musée des scandales (Gründ, 2013), Éléa Baucheron et Diane Routex racontent la soirée de vernissage où la police débarqua pour réclamer le retrait de ces nus : Berthe Weil : « Mais qu’est-ce qu’ils ont ces nus ? » La galeriste relate dans ses mémoires que le commissaire réplique de manière outrée, les yeux exorbités : « Ces nus ! …ces nus…ils ont des ppoils* ! ». Devant la menace d’une condamnation pour outrage à la pudeur, les œuvres incriminées furent retirées de l’exposition.  

En 2013, Nu couché était situé dans une collection privée milanaise.

Deux créations notables de Paul Gauguin sont également intégrées dans ces ventes.

Thérèse, une sculpture d’inspiration primitive en miro (bois de rose d’Océanie), pièce unique réalisée vers 1902-1903, d’une hauteur de 66 cm, est estimée 18/25 millions USD. Elle provient d’une collection européenne.

Jeune homme à la fleur, peint à l’huile sur toile – 45,4 x 33,5 cm –  en 1891, à Tahiti, est estimé 12/18 millions USD. Henri Matisse fut le premier propriétaire de ce portrait, conservé dans la même collection ces trente dernières années (collection Dimitri Mavrommatis).

De Paul Cézanne, L’homme à la pipe (étude pour un joueur de cartes), aquarelle sur papier (recto ; 1892-1896), crayon sur papier (verso ; 1890-1892), 48,2 x 32 cm, est estimé 18/25 millions USD. L’œuvre réside dans la même collection européenne depuis 1983.

Par le même artiste, Pommes sur un linge, huile sur toile (38,8 x 46,4 cm), peinte vers 1885, est estimée 7/10 millions USD. Cette œuvre a figuré dans les collections de l’Art Institute de Chicago. Actuelle propriété d’un collectionneur privé japonais, elle sera vendue au profit d’une œuvre de bienfaisance.

Un portrait de l’auteur américain James Lord par Alberto Giacometti, peint à l’huile sur toile (115,9 x 80,6 cm) en 1964, est estimé 22/30 millions USD. Cette œuvre célèbre est inédite sur le marché de l’art aux enchères. Elle réside dans la même collection européenne depuis 25 ans.

L’estimation de Homme à l’épée par Pablo Picasso, un autoportrait peint à l’huile sur panneau (145,6 x 114,3 cm) le 25 juillet 1969, est communiquée sur demande. Cette œuvre fait partie de la série dite « des mousquetaires » exposée au palais des Papes d’Avignon en 1970.

La demande pour les toiles de ce groupe est très forte depuis quelques années, notamment en raison de leur présentation dans de grandes expositions.

En mai 2009, à New York, Christie’s a vendu un Mousquetaire à la pipe, peint par Picasso le 17 octobre 1968 (huile sur toile ; 146,5 x 89,3 cm) pour 14,64 millions USD. Son propriétaire l’avait payé 7,17 millions USD cinq ans plus tôt (Christie’s ; vente NYC du 3 novembre 2004).

Pierrick Moritz

* « Poils » écrit avec deux P dans le texte

Publicités


Catégories :Art moderne, Impressionnisme, New York City

Tags:, , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :