Archéologie chinoise : recette spectaculaire pour les pièces de la collection David David-Weill vendues chez Sotheby’s

La dispersion de 59 pièces d’archéologie chinoise issues de la collection du financier et grand collectionneur David David-Weill (1871-1952) le 16 décembre chez Sotheby’s à Paris a généré une recette spectaculaire de quelque 5 millions d’euros.

De très nombreuses estimations ont été pulvérisées, avec des prix élevés à un niveau probablement jamais vu pour des pièces plus ou moins comparables vendues aux enchères.

L’archéologie en général est un domaine très sensible sur le marché de l’art aux enchères, en raison des risques de provenance douteuse (pillage récent) et de faux. À  la moindre suspicion, les pièces sont écartées.

Sauf cas exceptionnels, les prix des pièces archéologiques jugées comme authentiques et sans risques sont généralement limités, et même dans le domaine de la Chine ancienne.

Les estimations proposées par Sotheby’s étaient dans la norme.

L’enchère la plus spectaculaire concerne un ensemble de deux petits tigres en bronze à patine sombre, portant des inscriptions, équipés deux boucles au revers pour les attacher l’un à l’autre, dynastie Han (206 avant -220 après J.-C.). Estimé 4.000/6.000 euros, le lot a été adjugé 363.000 euros frais compris.

Estimée 50.000/70.000 euro, une extrémité de hampe à deux faces en bronze, fin de la dynastie Shang – début de la dynastie des Zhou Occidentaux, vers XIe-Xe siècle avant J.-C., d’une hauteur de 15,8 cm, a été payée 423.000 euros.

Une lame en jade utilisée pour les cérémonies, période néolithique, début de la dynastie Shang, vers 2000-1500 avant J.-C., d’une longueur de 35 cm, a été payée 339.000 euros quand 80.000/120.000 euros étaient attendus.

L’enchère la plus élevée frais compris est de 783.000 euros. Elle a été portée sur un masque de taotie (masque animalier), daté dynastie Shang – début dynastie des Zhou Occidentaux (XIe -Xe siècle avant J.-C.), d’une hauteur de 26,5 cm, estimé 150.000/250.000 euros.

Assorti de la même estimation, un récipient tripode rituel en bronze, fin de la dynastie Shang, vers 1200 avant J.-C., hauteur 27.2 cm, a été vendu 507.000 euros.

9 lots n’ont pas trouvé preneur, pour des estimations comprises entre 4.000/6.000 euros et 30.000/40.000 euros.

Pierrick Moritz

Publicités


Catégories :Antiquité, Art chinois, Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :