Art contemporain chez Christie’s à Londres : des hauts et des riens

Lors de la vente d’art contemporain organisée hier soir chez Christie’s, à Londres, le triptyque de Francis Bacon 1974-1977 a été enlevé contre quelque 26 millions de livres (35 millions d’euros). Si ce résultat constitue le deuxième prix le plus élevé pour une œuvre de l’artiste vendue aux enchères, certains pensaient que cette œuvre exceptionnelle pouvait être payée pour beaucoup plus cher. 558.100 livres avec les frais ont été engagés sur Tête, une huile de petit format du même Bacon, assortie d’une estimation basse de 500.000 livres sans les frais.

 Si 11 lots sur les 55 présentés ont été payés au-dessus de leur estimation, 18 n’ont pas trouvé preneur ;  soit un taux d’invendus de quelque  33 %.

Très belle enchère pour Basquiat

Palm Springs Jump de Jean-Michel Basquiat, une acrylique sur toile de grand format avec ajouts d’huile et d’or, réalisée en 1982, a été payée 6,5 millions de livres ; l’estimation était communiquée sur demande. Ce résultat en fait la seconde œuvre la plus chère de Basquiat vendue aux enchères.

Concetto spaziale, Attesa, devient l’œuvre la plus chère de Lucio Fontana

Cette création de 1965 a été payée 6,74 millions de livres, pour une estimation de 3,5/5,5 millions. Il s’agit d’un record pour une œuvre de l’artiste vendue aux enchères.

Un record et quatre invendus pour Gerhard Richter

Pour l’artiste allemand, Zwei Liebespaare, une huile sur toile de 1966, a été payée 7,3 millions de livres, pour une estimation communiquée sur demande. Il s’agit d’un record pour une œuvre de l’artiste vendue aux enchères. Grau, une huile sur toile de 1970, estimée 250.000 /350.000 livres, a été facturée 300.500 livres ; Vermalung Grau, une huile sur toile de 1972,  a été facturée 782.100 livres. Quatre autres toiles de  ses créations n’ont pas trouvé preneur : une Abstraktes Bild datée de 1981 (estimée 1/1,5 million de livres), un Italienische Landschaft de 1966 (estimé 1/1,5 millions) et deux autre Astraktes Bild, datées de 1985 (estimées 1.5/2 millions et 750.000 /950.000 livres).

Honneur sauvé pour Andy Warhol 

Une seule des quatre œuvres d’Andy Warhol présentées au catalogue a trouvé preneur. Il s’agit d’une paire de toiles intitulée Judy Garland, réalisée en 1978, pour l’une, et vers 1979,  pour l’autre. Cette création a été enlevée au ras de son estimation basse de 2 millions sans les frais, avec une facture de 2,14 millions avec les frais. Un Mao de 1973, estimé 500.000/700.000 livres, un Four Jackies en quatre toiles de 1964, estimé 2/2,8 millions d’euros, et un autoportrait de 1966 à 1,4/2 millions de livres n’ont pas trouvé preneur.

Pierrick Moritz

Publicités


Catégories :Art contemporain, Londres, Marché de l'art

Tags:,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :