Contraction du marché de l’art contemporain

La vente d’art contemporain organisée chez Sotheby’s, le 25 juin , à Londres, a rapporté l’équivalent de 30 millions d’euros, avec 40 lots présentés contre 75 pour la vente équivalente du 1er juillet 2008*, une vacation qui avait généré quatre fois plus d’argent que celle-ci, pour un nombre d’invendus équivalent. Une très importante toile de Francis  Bacon y avait été  ravalée. La déconvenue venue frapper ce Figure Turning, estimé  autour de 15 millions d’euros, semblait annonciatrice les ventes catastrophiques de l’automne suivant, certes retardé par le succès de la vacation consacrée à Damien Hirst, en septembre, un « miracle » intervenu alors que les créations de l’artiste se vendaient plus difficilement. Après l’évènement, The Art Newspaper avait révélé que des marchands de l’artiste y auraient acheté certaines œuvres.

Si, pour cette vente du 25 juin, un prix important a été enregistré pour une valeur sûre comme Alexander Calder, avec un mobile intitulé À cinq morceaux de bois, ayant allègrement dépassé son estimation haute pour être facturé l’équivalent de 3 millions d’euros, et 12 lots ont été payés au-dessus de leur estimation haute, pas moins de huit œuvres, dont trois de Warhol sur les quatre présentées ont été laissées sous leur estimation basse, avec des rabais qui, s’ils n’ont rien de catastrophiques, n’en sont pas moins annonciateurs d’un marché encore amené à se contracter au second semestre, avec des volumes toujours moins importants et des œuvres sélectionnées selon des estimations plus abordables.  

De deux œuvres de  Damien Hirst présentées, un Homage  to a Government, the Dwelling Place, dans la série des obsessions taxidermistes de l’artiste (ici, encore des papillons), a été payé l’équivalent de 774.611euros, pour une estimation de 589.000/942.834 euros, et Beautiful Exploding Turquoise Nebula Painting (with Money), malgré un titre qui indique que l’œuvre est belle et les pièces de monnaie collées dessus,  277.184 euros avec les frais (12%), soit nettement sous son estimation de 294.500/412.466 euros sans les frais. 

Des œuvres importantes de la vente ont été cédées sous leur estimation.

Pour Andy Warhol,  un Mrs McCarthy et Mrs Brown a été payé l’équivalent de 4,39 millions d’euros avec les frais (12%), pour une estimation de 4,12/5,3 millions, un Hammer and Sickle, 2,35 millions, pour une estimation de  2,35/3,53 millions, et un  Diamond Dust Shoes,  estimé  706.800/942.265 euros, a été facturé 747.719 euros. Seul  un portrait du couturier Yves Saint-Laurent, estimé 353.378/471.285 euros a été payé selon son estimation (basse), à 397.352. euros.    

Geweih, Antlers, une huile sur toile de Gerhard Richter de 1967, estimée l’équivalent de 589.228/824.990 euros sans les frais,  a été laissée pour 567.194 euros avec les frais.  

Parmi les lots dont le prix de vente final est monté largement au-dessus de l’estimation figurent un mobile d’Alexander Calder, À cinq morceaux de bois, payé l’équivalent de 3 millions d’euros, pour une estimation de 1,41 /2,12 millions d’euros, et une Nature morte à la carafe de Nicolas de Staël ,estimée 589.000/824.985 euros, et  payée 1,2 million d’euros, soit l’un des prix les plus importants pour une œuvre de l’artiste vendue aux enchères. Une gouache de Jean Dubuffet, Paris-Plaisir III, a été payée 383.40 euros, quand elle était estimée 212.120/294.744 euros, un Portrait par Louise Bourgeois, œuvre en tissu sous vitrine, a doublé son estimation haute,  avec une facture de 468.442 euros.

Pierrick Moritz 

* Et pour la vente équivalente de 2007, chez Sotheby’s à Londres, le chiffre d’affaires avait été de 107 €millions (au cours du change de l’époque) pour 73 lots présentés dont 7 invendus.

** Les estimations sont données sans les frais à la charge de l’acheteur qui constituent la commission prélevée par la maison de ventes (une autre est encore prélevée sur le prix payé pour l’œuvre auprès de l’acheteur). Les résultats incluent ces frais à la charge de l’acheteur. Ces frais sont ici de 20 % pour les œuvres dont l’enchère finale est comprise entre £25.000 et £500.000 et de  12 % quand l’enchère finale dépasse £500.000.

Publicités


Catégories :Art contemporain, Londres, Marché de l'art

Tags:, , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :