Les manufacturiers de l’art contemporain n’ont pas fait recette à Londres

Des œuvres de Damien Hirst, Jeff Koons et Richard Prince timidement vendues ce soir à Londres

La vente d’art contemporain organisée par Christie’s le 30 juin à Londres affiche un modeste résultat équivalent à 22,36 millions d’euros pour un catalogue de 40 lots, contre 109 millions d’euros pour la vacation équivalente de juin 2008,  soit une mauvaise performance, même si les œuvres présentées aujourd’hui étaient moins importantes en valeur. Si une création de Peter Doig a allègrement dépassé son estimation haute et d’autres, de Damien Hirst et Richard Prince, ont été payées conformément à leur estimation basse, trois de Jeff Koons ont été cédées sous les attentes.  

L’enchère la plus élevée de la vente revient à une œuvre de Peter Doig, Night Playground, une huile sur toile peinte en 1997-1998, estimée l’équivalent de 1,76 /2,35 millions d’euros, facturée 3,52 millions.

Les manufacturiers de l’art contemporain rapportent moins

Du pape de l’impression jet d’encre Richard Prince, une énième Nurse, réalisée en 2008 et estimée l’équivalent de 1,76 /2,35 millions d’euros sans les frais, a été  payée 2 millions d’euros avec les frais de 12 %.

Du fabricant de jouets pour adultes millionnaires Jeff Koons, la maison de vente présentait  trois œuvres d’une édition de trois plus un exemplaire d’artiste. Toutes ont été cédées sous leur estimation basse. Moustache, une sculpture suspendue réalisée en 2003,  une œuvre  qui aurait été presque drôle sans la prétention d’une estimation équivalent à 1,4 /2, millions  d’euros sans les frais (12%),  a  été cédée sous son estimation basse, à 1,29 millions avec les frais (12%),  comme  un Walrus (Blue), une création en verre, plastique et acier, réalisé en 1999, estimé 411.600/529.365 euros sans les frais (20 %), et finalement payée 423.674 euros avec les frais, et un bouquet de fleurs en acier, daté de 1986, estimé 352.821/470.433 euros sans les frais (20 %), et laissé à 395.976 euros avec les frais.

Du taxidermiste Damien Hirst, un Anthrafuchsone (encore des points multicolores sur toile), une œuvre de 2006 estimée l’équivalent de 352.897/470.283 euros sans les frais (20 %), a été payée sous son estimation basse, avec une facture de 395.314 euros sans les frais ; un Guardian (peinture domestique, métallique et papillons), réalisé en 2007, estimé 294.000/411.619  euros, a été facturé 353.383 euros.

Un bon prix pour Warhol

Un autoportrait de l’artiste, réalisé en 1966, seule œuvre d’Andy Warhol de la vente,  estimé l’équivalent de 588.400/941.473 euros, a été échangé contre 809.992 euros.

Une œuvre de Klein à l’estimation décuplée depuis 2003 n’a pas trouvé pas preneur

D’Yves Klein, ANT 159, pigment sur papier marouflé sur toile, réalisé en 1960, une œuvre estimée l’équivalent de 1,4/2,1 millions d’euros, n’a pas trouvé preneur. Lors de son dernier passage en vente publique, en 2003, chez Sotheby’s, à Londres, cette toile avait été enlevée à 244.000 euros. À l’époque, elle était estimée l’équivalent de 212.000/294.000 euros.

Un fontana sur trois vendu (mais bien)

De Lucio Fontana, Concetto Spaziale, natura, sculpture en terre cuite, estimée l’équivalent de 1,5/2,2 millions d’euros et Concetto spaziale, Attese, peinture à l’eau sur toile, réalisée en 1966, estimée 705.890 euros/1 million d’euros, n’ont pas trouvé preneur. Un Concetto Spaziale de 1957, sur toile, estimé 353.000/470.662 euros, a été facturé 836.161 euros.

 Richter, Bacon et Dubuffet

De Gerhard Richter,1025 Farben, une laque sur toile, réalisée en 1974, estimée l’équivalent de 1,53 million/2,35 millions d’euros sans les frais (12%), a été laissée à 1,62 €millions avec les frais.

Une étude pour un portrait, par Francis Bacon, une huile sur toile peinte en 1986-1988 (54 cm x 47 cm), estimée l’équivalent de  941.176 euros /1,41 million d’euros sans les frais (12%), a été facturée 1,02 millions d’euros avec les frais.

De Jean Dubuffet, La Coiffeuse, une huile sur toile peinte en 1950, estimée l’équivalent de 764.862/1,1 million d’euros sans les frais (12 %), a été vendue sous son estimation basse, à 810.000 euros avec les frais

Du même artiste, La Nef, acrylique sur toile collée sur panneau découpé de la série Hourloupe, réalisée en 1971, estimée 235.345/353.052 euros, a été payée 451.662 euros.

Pierrick Moritz

Publicités


Catégories :Art contemporain, Marché de l'art

Tags:, , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :