L’action Sotheby’s dévisse (mai 2010)

L’action Sotheby’s a perdu plus de 11 % hier à la bourse de New York. Le titre, en progression constante depuis plus d’un an, a commencé à perdre sensiblement de sa valeur avant les résultats mitigés des grandes ventes d’art moderne  new-yorkaises et la descente des marchés boursiers de cette semaine.

L’action Sotheby’s a commencé à chuter au lendemain d’une vacation de  peintures du XIX siècle organisée par la maison de ventes le 23 avril à New York et dont les résultats se sont avérés peu rassurants.    

Par rapport à son plus haut d’avril, le titre est descendu presque quotidiennement et par à-coups sensibles de 39 à désormais 29,32 dollars.

Les résultats de la dispersion de 250 lots d’art impressionniste et moderne par la même maison de ventes le 6 mai à New York, dans une vacation qui succède traditionnellement à celle d’œuvres de premier plan proposée la veille en soirée, ne dégagent pas de perspectives très optimistes pour les prochains mois sur le marché de l’art occidental.  

Le résultat de 37,5 millions de dollars générés en deux sessions renoue avec  le niveau de 2008 (36,77 millions) mais demeure très inférieur à celui de 2007 (58,67 millions).  

18 œuvres ont été vendues au-dessus de 500.000 dollars, certaines très au-dessus des estimations.  

La plus chère,  une huile sur toile d’Albert Marquet de 1905, Le Pavillon bleu à Saint-Cloud, estimée 600.000/900.000 dollars, a été payée 1,59 million.

Une Tête abstraite : Bleu-Rouge d’Alexej von Jawlensky, petite huile sur panneau, a été achetée 902.500 dollars quand elle était estimée 350.000/450.000.

Une gouache et aquarelle de Vincent van Gogh, La Plage à Scheveningen, a été payée 842.500 dollars sur la base d’une estimation de 450.000/650.000.

Le présent vendeur l’avait payée 456.000 dollars en juin 2001 chez Christie’s Londres au cours de conversion de l’époque.

Un grand Rythme couleur de Sonia Delaunay à l’huile sur toile, peint en 1967, a été payé 782.500 dollars sur une estimation de 300.000/400.000.  

Un paysage par Théo van Rysselberghe, La Pointe du Rossignol I,  a été payé 632.500 dollars contre 296.000 dollars au cours de conversion d’aujourd’hui chez Sotheby’s Londres en  juin 2004.

Presque chacun de ces très beaux prix peut trouver son pendant négatif dans les estimations des 25 % de lots restés sur le carreau.

Il s’agit principalement de trois huiles sur toile d’Auguste Renoir (estimées 700.000/1,5 million de dollars,  500.000/700.000 et 400.000/600.000 chacune).

D’autres œuvres par Berthe Morisot (500.000/700.000), Pierre Bonnard (450.000/650.000), Alberto Giacometti (bronze, 300.000/400.000), Degas (pastel, 350.000/450.000), Marc Chagall (gouache, 400.000/600.000) et Joan Miro (huile et gouache sur papier, 300.000/400.000) n’ont, entre autres, pas trouvé preneur.   

La veille, pour le même type de vente, Christie’s a réalisé 24,48 millions de dollars en deux vacations dont une consacrée aux œuvres sur papier de la collection Brody, d’où provenait le tableau de Pablo Picasso échangé contre 106,5 millions de dollars la veille par la même maison de ventes

Les deux prix les plus importants reviennent à une technique mixte de Paul Klee (estimé 700.000/900.000 dollars) et à un dessin aux crayons de couleur de Pablo Picasso (200.000/300.00) provenant de la collection Brody.  

Les deux œuvres ont été respectivement payées 1,14 millions de dollars et 902.500 dollars.

Le taux d’invendus de cette vacation,  dont les lots étaient globalement moins importants en valeur que ceux de Sotheby’s, s’élève à 15 %    

Pierrick Moritz

Articles en  rapport  :

https://artwithoutskin.com/2010/05/06/incertain-optimisme-pour-le-marche-de%c2%a0l%e2%80%99art/

https://artwithoutskin.com/2010/05/05/un-record-pour-picasso-et-de-chers-invendus-chez-christies/

https://artwithoutskin.com/2010/04/24/le-marche-de-lart-montre-des-signes-de-faiblesse/ (article publié avant l’ouverture de la bourse de New York et le début de la descente significative de l’action Sotheby’s).

https://artwithoutskin.com/2010/04/01/christies-et-sothebys-decrochent-les-chefs-doeuvre/

Les articles et analyses publiés sur Artwithoutskin sont la propriété exclusive de leurs auteurs qui en détiennent les droits de reproduction et d’exploitation. Pour contrer l’exploitation et de la revente des informations publiées ici, notamment par le  « web caché », certaines analyses sont uniquement visibles en consultation privée ou rendues publiques au mieux quelques heures après une diffusion privée.



Catégories :Marché de l'art, New York City

Tags:, ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :