La fondation Warhol largue des centaines d’œuvres ; le marché « du Warhol » pourrait en prendre un coup

The Andy Warhol Foundation for the Visual Art, l’institution qui gère notamment l’héritage artistique de l’homme qui avait lancé Dans le futur, chacun aura droit à 15 minutes de célébrité mondiale, maxime transformée en prophétie quand même loin d’être avérée, va larguer des centaines d’œuvres de la star du Pop Art sur le marché.

Selon The Wall Street Journal, il s’agirait d’au moins 350 peintures, 1.000 estampes, de centaines de dessins et photographies dont une grande partie inconnue du public. Christie’s est chargée de réguler la commercialisation de ces œuvres, sur plusieurs années et par différents moyens.

Dans un communiqué conjoint avec la maison de vente, la Fondation précise qu’elle cherche à augmenter de manière significative son fonds de dotation afin d’assurer et d’étendre son soutien aux arts visuels et que, depuis sa création, en 1987, elle a fait don de plus de 250 millions de dollars à des centaines de musées et autres organismes sans but lucratif œuvrant dans des domaines de l’art. Elle affirme également qu’elle va poursuivre ses dons d’œuvres de Warhol aux musées, notamment dans le cadre de son 25ème anniversaire. Accessoirement, on peut préciser qu’une représentation plus importante d’un artiste dans les institutions muséales valorise sa cote sur le marché de l’art et, dans le cas présent, également les licences et droits dérivés sur les œuvres de Warhol gérés par la Fondation.

C’est une décision de recentrage de ses dépenses sur ses activités de bienfaisance qui avait été avancée par la Fondation Warhol pour expliquer la dissolution de son Conseil d’authentification des œuvres de l’artiste, au début de l’année ; les controverses liées à cette activité ayant généré des frais faramineux, notamment en honoraires d’avocats.

Selon un article du Art Newspaper d’octobre 2011, quelque 7 milllions de dollars auraient ainsi été engloutis en 2010 dans un procès antitrust intenté par le collectionneur Joe Simon-Whelan, ce dernier accusant le Conseil d’administration de « se livrer à une conspiration visant à empêcher et à monopoliser le commerce des œuvres de Warhol ». Il remettait également en question la décision du Conseil de rejeter un portrait de Warhol de 1964 lui appartenant et dont l’authenticité aurait été reconnue par d’autres experts.

La nouvelle de la mise sur le marché de ces centaines d’œuvres fait déjà l’effet d’une bombe dans l’univers des collectionneurs de Warhol, dont les créations sont déjà extrêmement présentes sur le marché de l’art contemporain. Elle pourrait avoir des conséquences baissières sur certaines des œuvres offertes à la vente dans le futur, notamment les estampes, et en dévaloriser d’autres chèrement acquises.

Le collectionneur le plus important d’œuvres d’Andy Warhol, Jose Mugrabi, qui en possèderait aux moins 800 et aurait notamment vendu un Men in Her Life  de l’artiste pour 63 millions de dollars lors de la vacation new-yorkaise Philipps de Pury/Ségalot de décembre 2010, voit rouge. Selon The Wall Street Journal, et en des termes qui en disent long sur l’univers de la spéculation liée au marché de l’art, il s’inquiète de ce que la fondation « dilue la marque Warhol en inondant le marché avec trop d’œuvres en même temps ». C’est ridicule, ils ont un très bon produit, et ils le poussent sur ​​le marché comme du bétail a-t-il ajouté au quotidien américain, qui précise que Mugrabi et d’autres marchands auraient proposé de se porter acquéreur de l’ensemble de ces œuvres, ce que la Fondation aurait refusé.

Stratégiquement parlant, de tels marchands qui spéculent sur Warhol à longueur d’année et possèdent des stocks conséquents sembleraient donc coincés, comme obligés de soutenir ces œuvres sur le marché en cas de difficultés. Mais ils peuvent aussi décider de ne pas jouer le jeu, car rien ne dit que la fondation Warhol,  notamment propriétaire de près de 4.000 œuvres emblématiques de Warhol, ne procédera pas à un prochain délestage. Un afflux d’œuvres de Warhol rapide, notamment sur le marché privé, avant le début de cette dispersion, peut aussi être craint.

Dans un article publié sur GaleristNY, quelques mois avant la dissolution du Conseil d’authentification de la Fondation Warhol , Joel Wachs, son président, estimait qu’il existerait plus de 100.000 œuvres de Warhol, dont seulement 6.000 ont été identifiées par son institution.

Pierrick Moritz

Publicités


Catégories :Art contemporain, Marché de l'art

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :