Un « Femmes d’Alger » de Picasso payé 179 $millions, l’œuvre d’art la plus chère jamais vendue aux enchères

Payée 179,36  millions de dollars avec les frais (adjugé 160 millions de dollars ), Les Femmes d’Alger (version O) de Pablo Picasso, une huile sur toile (114 x 146,4 cm) datée de 1955, est devenue l’œuvre d’art la plus chère jamais vendue aux enchères au cours d’une vacation consacrée à une sélection de créations d’artistes visionnaires du XXe siècle proposée par Christie’s le 11 mai à New York.

Cette peinture est considérée comme l’aboutissement d’une série de quinze variations faisant référence à Femmes d’Alger dans leur appartement d’Eugène Delacroix (180 x 229 cm), une toile peinte en 1832.

En mai 2011, le même opérateur avait vendu une autre version de cette oeuvre par Picasso, Les Femmes d’Alger (version L),  également peinte en 1955, d’un format de 130 cm x 97 cm, pour 21,36 millions USD (adjugée légèrement sous l’estimation basse.

Ce nouveau record détrône les 142 millions de dollars payés en novembre 2013 chez le même opérateur pour acquérir Three Studies of Lucian Freud de Francis Bacon, un triptyque monumental (chaque panneau mesurant 198 x 147,5 cm) peint  en 1969 ; sans oublier les 82,5 millions de dollars payés en 1990 pour le Portrait du docteur Gachet, de Vincent van Gogh (en 1990, toujours chez Christie’s), une huile sur toile de 1890, qui, compte tenu de l’érosion monétaire due à l’inflation, équivalent à 149 millions de dollars d’aujourd’hui.

Les Femmes d’Alger (Version O) était estimé autour de 140 millions de dollars sans les frais à la charge de l’acheteur (soit une facture de quelque 156,8 millions pour une adjudication à 140 millions).

L’œuvre a été vendue en dix minutes.

picassofemme

Le tableau, payé 31,9 millions de dollars en 1997 chez Christie’s par le vendeur (une importante collection européenne), bénéficiait d’une garantie de vente.

Avec ce type de contrat, la maison de vente et/ou des tiers qu’elle implique garantissent dans tous les cas un prix de vente minimum au vendeur, dont le bien est en quelque sorte déjà acheté avant la vacation. Les parties investies dans cette garantie peuvent subir une perte en cas de déconvenue à l’issue des enchères – et se retrouver avec l’œuvre sur les bras -, ou encaisser un bénéfice sur la part de l’adjudication située au-dessus du prix promis au vendeur, une somme restant confidentielle.

19 des 35 œuvres de ce catalogue étaient assorties d’une garantie de vente, dont 8 des 9 les plus chères (estimées au moins 20 millions de dollars pièce).

L’Homme au doigt d’Alberto Giacometti, une sculpture en bronze, conçue en 1947, exemplaire 6/6, d’une hauteur de 177,5 cm, estimée autour de 130 millions de dollars – dont le passage reste à venir au moment de la publication de cet article -, ne bénéficiait pas de cette garantie.

Le précédent prix record pour une œuvre de Pablo Picasso vendue aux enchère était de 106,5 millions de dollars, pour Nu, feuilles vertes et buste ou Nu au plateau de sculpteur, un portrait de Marie-Thérèse Walter peint à l’huile sur toile (162 x 130 cm) en 1932, vendu en mai 2010 par Christie’s.

Pierrick Moritz

Publicités


Catégories :Art contemporain, New York City

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :