Wang Guangyi, valeur sûre de l’art contemporain chinois

Si la série de toiles Great Cristism de Wang Guangyi, valeur montante de l’art contemporain, est le miroir d’une Chine où cohabitent capitalisme et communisme,  elle indique aussi que deux modèles de société transformés en idéologie de l’extrême finissent  par produire le même effet de ruine sur l’identité humaine.

Une cote soutenue

Lors de la vente d’art contemporain à l’Espace Tajan le 24 mai dernier,  deux œuvres de Wang Guangyi de sa série Great Critiscim ont largement dépassé leur estimation. Cartier, une huile sur toile de 2005 (120 cm x 150 cm),  a été payée 116.910 euros, pour une estimation de 70.000/80.000 euros et Dior, une huile sur toile de 2006 (60cm x 70 cm), a produit 53.259 euros, sur la base d’une estimation de 25.000/30.000 euros.

En  juin 2006, une huile sur toile de la même série, Chanel N°5, avait été payée 135.000 euros chez Artcurial à Paris.

Le prix record pour une œuvre de Wang Guangyi vendue aux enchères est de 506.185 dollars. La performance a été enregistrée pour un Rolex vendu par Christie’s à Hong Kong en 2006.

Influence du Pop Art pour les cadrages et les couleurs

Dans les toiles de la série Great Criticism, Wang Guangyi utilise les cadrages et les couleurs du Pop Art pour des représentations où  l’iconographie de propagande maoïste cohabite avec les symboles du capitalisme décomplexé que sont les noms et logos de grandes marques de luxe internationales. Une suite de numéros semblable à un matricule envahit systématiquement l’espace autour des éléments de la composition.

Des œuvres miroir de la réalité contemporaine de la Chine

Les œuvres de Wan Guangyi de la série Great Cristicism sont le miroir de la réalité sociale de la Chine contemporaine.

On abandonnera d’emblée l’idée d’une évocation du tiraillement entre passé et modernité, car ici le communisme serait une tradition et le capitalisme un progrès, au profit de celle de la représentation d’une Chine où cohabitent un système politique dans la pure tradition communiste et un modèle économique ultralibéral.

Deux systèmes opposés…pour un même effet 

Chez Wang Guangyi, les deux systèmes opposés et superposés se confondent. Poussés à l’extrême, ils finissent par produire le même effet de ruine sur l’identité humaine.

Les séries de numéros répétées sur la toile sont à la fois le matricule du code-barre et celui du prisonnier politique.

Wang Guangyi  n’est pas un simple  artiste de la figuration narrative. Son travail dépasse le cadre d’une actualité temporelle. Il interroge l’humanité.

Pierrick Moritz

Avertissement : l’auteur de ce texte n’a pas rencontré l’artiste. Cette analyse est donc subjective et non exhaustive, elle constitue un éclairage possible sur son travail. Elle n’a la prétention de porter à la connaissance du public les véritables intentions du créateur.

Publicités


Catégories :Art asiatique, Art chinois, Chine, Marché de l'art

Tags:,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :