Bilan mitigé pour la grande vente d’art moderne de Christie’s à Londres

Hier soir, à Londres, la vente d’art impressionniste et moderne proposée par Christie’s a produit 63,42 millions de livres  Si, avec une facture de 11,24 millions, Dans la Prairie* de Claude Monet, la toile vedette de la vacation, a pu été vendue en deçà des attentes, 15 lots sur 16 attendus au-dessus du million ont effectivement dépassé cette barre symbolique. Le bilan, bien qu’honorable en cette période de crise financière, reste mitigé.

Œuvres millionnaires vendues conformément à leur estimation

Henri de Toulouse-Lautrec : 6,53 millions de livres , payés pour L’Abandon (Les Deux amies), une huile sur panneau peinte en 1895 conformément à la fouchette de l’estimation  (5 millons/7 millions).

Édouard Vuillard :  5,08 millions de livres  engagés sur Les Couturières, huile sur toile  peinte en 1890, vendue selon son estimation de 4,5 millions/6,5 millions. L ‘œuvre nabi,k peinte par l’artiste à l’âge de 22 ans, porte le cachet de la signature.

Kees van Dongen : une facture de 2,89 millions de livres pour La Cuirasse d’or, une huile sur toile peinte vers 1907, vendue conformément à son estimation haute de 2,5 millions.

Henry Moore : 2,61 millions de livres avec les frais payés pour Reclining Mother and Child , sculpture 4/7, créée en 1960 et fondue en 1961. Vendue au-dessus de son  stimation haute de 2 millions sans les frais.

Des œuvres vendues au-dessus de leur estimation

Parmi les œuvres vendues au-dessus de leur estimation figurent Les deux filles d’Amedeo Modigliani,  une grande huile sur toile (100,2 cm x 65,1 cm) peinte en 1918 et adjugée  6,53 millions de livres sur la base d’une estimation de 3,5 millions/ 5,5 millions sans les frais. Les double portraits sont rares dans l’Œuvre de Modigliani.

Un superbe petit portrait de femme  à l’huile sur panneau (43,4 cm x 33,9 cm) de Gustave Klimt, peint vers 1898, a été payé 1,38 million de livres, soit bien au-dessus de son  estimation haute de  800.000 livres sans les frais. Cette œuvre confisquée par les nazis en 1938 avait été restituée aux héritiers de la personne spoliée en 2004.

Femme aux deux colliers de Kees van Dongen, une huile sur toile peinte vers 1910, a été payée 1,32  million de livre. L’œuvre est négociée au double d’une estimation haute de 600.000 livres.

Une œuvre double face (des chevaux d’un côté, un paysage de l’autre) peinte vers 1923 par Ernst Ludwig Kirchner a été payée 959.650 livres sur la base d’une estimation haute de 500.000 livres.

Femme entendant chanter le coq aux éclats violets, une huile sur toile peinte en 1972 par Joan Miro,  a été payée 892.450 livres, au-dessus d’une estimation haute de 700.000 livres sans les frais. Pour le même artiste,  481.250 livres avec les fraisont été engagés sur un Personnage, huile et gouache grattées sur carton réalisée en 1976, vendue au-dessus d’une estimation haute de 380.000 livres sans les frais.

La Femme à la guitare, une sculpture en pierre unique réalisée en 1919 par Henri Laurens, a été payée 713.250 livres, soit bien au-dessus d’une estimation haute de 400.000 livres sans les frais.

Enfin,  385.250 £ avec les frais ont été engagés sur Geminis de Francis Picabia,  une huile sur toile peinte en 1936, soit bien au-dessus d’une estimation haute de 180.000 £ sans les frais.

Un tableau de von Jawlensky acheté perd 1 million de livres en un an

Comme pour la vente sur le même thème proposée la veille chez  Sotheby’s, le nombre de lots présentés ici était sensiblement réduit par rapport  à la vacation équivalente de février 2008, qui en comptait pas moins de 98. Un des tableaux vendus  dans cette dernière vacation est d’ailleurs réapparu hier soir. Il s’agit de  Mädchen mit roter Schleife, une  huile sur panneau peinte en 1911 par Alexej von Jawlensky, qui est partie  à 1,94 million, conformément à son estimation basse de 1,8 million.  Il y a un tout juste un an cette œuvre avait été facturée 2,93 millions de livres avec les frais.

Deux tableaux achetés plus de 3 millions livres n’ont pas trouvé preneur

Parmi les  8 invendus  de la vacation figurent deux toiles de choix : l’une de Claude Monet, La Promenade d’Argenteuil, réalisée en 1872 et pour laquelle 3,5 millions/5 millions de livres étaient attendus. Cette œuvre avait été payée 3,08 millions de livres en 1998, chez Christie’s, à Londres ;  l’autre,  une Baigneuse de Pierre-Auguste Renoir, peinte vers 1892 sur petite huile sur toile (46,4 cm x 38,4 cm), estimée 1,5/2,5 millions,  avait été achetée chez Christie’s en 1990, à Londres, pour 3,96 millions de livres.

Pierrick Moritz

*Cette œuvre avait été facturée 14,30 millions  de livres, à Londres en 1988, puis 15,40 $millions à New York en 1999, chez Sotheby’s

Publicités


Catégories :Art moderne, Londres, Marché de l'art

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :