Quand un dessin de Raphaël produit 50 % du chiffre d’affaires d’une vente de peinture ancienne

Actualisé le 7 décembre 2012. 6H30.

Les résultats globalement  mitigés des deux grandes ventes en soirée de peinture ancienne, proposées respectivement avant-hier et hier soir à Londres chez Christie’s et Sotheby’s, ne doivent pas être occultés par les  29,72 millions de livres engagés sur un sublime dessin de Raphaël, une enchère stratosphérique inscrite dans une tendance où, de manière de plus en plus frappante, quelques œuvres exceptionnelles captent l’essentiel du chiffre d’affaires des grandes ventes aux enchères internationales.

La facture de ce dessin de Raphaël, qui en fait, à la fois, l’œuvre de l’artiste, l’œuvre sur papier  d’un artiste occidental (1) et le dessin les plus chers jamais vendus aux enchères, représente 50 % du chiffre d’affaires d’une vacation où 51 lots étaient présentés.

Malgré l’autre tendance d’estimations pulvérisées pour des œuvres bénéficiant d’un beau potentiel d’appréciation, et d’investigation pour la peinture ancienne, le constat est loin d’être uniformément réjouissant pour les vendeurs, pour toutes les spécialités et en dehors de l’opaque manège spéculatif concernant certains artistes contemporains surévalués

Dans la vente de peinture ancienne en soirée de Christie’s, le 4 novembre, 46 % des lots n’ont pas trouvé preneur. Avec un chiffre d’affaires correspondant à 70 % de l’estimation globale du catalogue, la maison de vente sauve ses intérêts financiers en regard du nombre conséquent d’œuvres restées sur le carreau, et notamment grâce à celles vendues bien au-dessus des estimations.

L’ensemble de ses clients vendeurs s’en tire beaucoup moins bien, à travers une large proportion d’invendus, des œuvres surexposées difficilement négociables dans de bonnes conditions dans l’immédiat. Une transaction privée par l’intermédiaire de l’opérateur reste possible, mais généralement au rabais. Inclure une œuvre d’art dans de telles vacations internationales engendre généralement des frais importants à la charge du vendeur ; une facture à régler quelle que soit l’issue de la vente, dont, quand l’œuvre est expédiée depuis l’étranger, des frais de transport, aller-retour si le lot ne trouve pas preneur, de douanes,….

Dans cette vente de Christie’s, le chiffre d’affaires est en partie sauvée par des œuvres vendues bien au-dessus des estimations. Une Rencontre d’Ulysse et Nausicaa, huile sur toile de Jacob Jordaens, a été facturée quelque 2 millions de livres quand 500.000/800.000 livres en étaient attendus.

Toujours pour les résultats les plus importants, estimée 250.000/350.000 livres, Laissez les petits enfants venir à moi, une huile sur panneau de Lucas Cranach I, a été payée 1 million de livres. 914.850 livres ont été engagés sur A Blacksmith’s Shop de Joseph Wright of Derby, une huile sur toile estimée 400.000/600.000 livres.

De Jan Josephsz. Van Goyen,  un Paysage d’Hiver  avec des patineurs devant le château de  Monfoort, une huile sur panneau datée de 1625, a été facturée 657.250 livres pour une estimation de 150.000/250.000 livres. Cette œuvre avait été vendue 950.000 francs aux enchères, à Paris, en 1954.

Pour le deuxième prix le plus important, un grand bouquet de fleurs dans un vase sculpté, par Jan Brueghel II, a été péniblement vendu 1 million de livres avec les frais (12 %), soit le montant de son estimation basse sans ces frais.

Estimé 700.000/1 million de livres, un portrait de femme par Anthony van Dyck, n’a pas trouvé preneur. L’œuvre avait été payée 180.000 livres par le présent vendeur chez Sotheby’s, à Londres, en 1973. Á l’époque, elle provenait de la prestigieuse Norton Simon Foundation de Los Angeles. Du même artiste, et pour la même estimation, une autre portrait de femme est également resté sur le carreau. Toujours parmi les invendus les plus chers, on trouve une Madone à l’Enfant par Paolo di Giovanni Fei, peinte à la tempera sur fond or (estimée 700.000 livres/1 million de livres) et une nature morte de Maria van Oosterwyck (300.000/400.000 livres).

Face aux 11,56 millions de chiffre d’affaires de Christie’s pour sa vente en soirée de peinture ancienne, la vacation équivalente dans la spécialité proposée hier soir par Sotheby’s, toujours sur la place Londonienne, a rapporté 58 millions de livres. Témoignant d’une tendance où une minorité d’œuvres, dans une sélection de plus en plus pointue, capte l’essentiel des chiffres d’affaires des grandes ventes aux enchères internationales, le dessin de Raphaël facturé 29,7 millions de livres représente la moitié de cette somme.

La deuxième facture la plus importante, 5,6 millions de livres engagés pour une Prière avant le repas, peinte en 1660 par Jan Havicksz. Steen, correspond à l’estimation basse de l’œuvre.

Parmi les enchères les plus importantes, et comme souvent dans la peinture ancienne, où beaucoup d’œuvres bénéficient d’un potentiel d’investigation susceptible de les valoriser, certaines correspondent à des estimations pulvérisées.

Parmi  ces bonds les plus spectaculaires, une vue de Venise de Bernardo Bellotto a été facturée 3,28 millions de livres pour une estimation de 1,2/1,8 million et 1,49 million a été engagé sur une nature morte de Balthasar van der Ast dont 300.000/400.000 livres en étaient attendus.

Par Philippe le Bon, une copie du Mystère de la vengeance… d’Eustache Marcadé, drame sur la destruction de Jérusalem par les Romains, en vers français, manuscrit enluminé sur vélin, Hesdin et Bruges, vers 1465, estimé 4/6 millions de livres, n’a pas trouvé preneur ; comme  Procession de mariage,  une huile sur panneau de chêne peinte en 1627 par Pieter Brueghel le Jeune, avec une estimation de 2/3 millions de livres. 13 lots sur 51 présentés sont restés sur le carreau.

Pierrick Moritz

(1) Selon Sotheby’s, l’œuvre sur papier la plus chère jamais vendue aux enchères serait une peinture calligraphique chinoise, payée 63,8 million de dollars, en Chine, en juin 2010.

Publicités


Catégories :Londres, Marché de l'art, Peinture ancienne

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :