Ce 13 mai à New York, la vente aux enchères la plus chère de l’histoire ?

Avec un catalogue de 72 lots dont l’estimation globale tourne autour de 500/600 millions de dollars sans les frais, Christie’s propose une vente d’art d’après-guerre et contemporain exceptionnelle ce 13 mai à New York.

691,58 millions de dollars avec les frais, la recette la plus élevée jamais réalisée pour une vente aux enchères, a été enregistrée chez le même opérateur en novembre 2013, pour une vacation dans la même spécialité et 63 lots vendus.

Lors de cette vente de tous les superlatifs, le triptyque Three Studies of Lucian Freud de Francis Bacon, une œuvre de 1969, avait été facturé 142,4 millions de dollars, devenant l’œuvre d’art la plus chère jamais vendue aux enchères. Jeff Koons recevait le titre « d’artiste vivant le plus cher du monde » à travers les 58 millions engagés sur Balloon Dog (Orange). 

Ce soir, l’œuvre la plus chère est un autre triptyque de Françis Bacon, Three Studies for a Portrait of John Edwards, une création de 1984 payée l’équivalent de quelque 4,5 millions de dollars en 2001 chez le même opérateur. Si son estimation est aujourd’hui confidentielle et compte tenu de l’inflation phénoménale des prix en une dizaine d’années pour les œuvres exceptionnelles, on peut situer le montant de la facture finale autour des 86 millions de dollars engagés en mai 2008 chez Sotheby’s pour Triptych 76, une adaptation de la légende de Prométhée. Il s’agit du deuxième prix le plus important payé pour une œuvre de Francis Bacon vendue aux enchères.

Les estimations des quatre œuvres suivantes les plus importantes sont également confidentielles. Elles sont – logiquement – supérieures aux 22/28 millions de la première estimation rendue publique, pour Abstraktes Bild (712) de Gerhard Richter, une composition datée de 1990. Cette toile pourrait souffrir d’une exposition récente en vente publique (payée 17,44 millions de dollars en 2012 chez Sotheby’s).

Race Riot d’Andy Warhol, une œuvre en quatre parties datée de 1964, appartient à la célèbre série des « Death and Disaster » dont les Crash Car réalisées en 1963 font partie. Les Crash Car sont les œuvres les plus chères de Warhol en vente publique (record à 105,4 millions, second prix le plus important à 71,7 millions). Moins emblématique de l’œuvre de l’artiste et avec des dimensions moins importantes que ces Crash Car vendues au sommet de la cote, ce Race Riot pourrait tout de même devenir l’une des dix œuvres de Warhol les plus chères en vente publique.

Jim Beam – J.B. Turner Train de Jeff Koons, un très grand train en acier de facture ancienne dont les wagons sont remplis de bourbon, une création de 1986 d’une édition de 3 plus une épreuve d’artiste, est vendu au profit d’une fondation. En 2004, Christie’s avait échangé un exemplaire de cette œuvre contre quelque 5,4 millions de dollars. Depuis, la cote de Koons a flambé, mais principalement pour des œuvres un plus monumentales, colorées et d’un genre encore plus « régressif ».

Une œuvre sans titre de Mark Rothko datée de 1952, l’une de ses emblématiques compositions aux aplats lumineux, figure également en tête du catalogue. Compte tenu de ses belles couleurs, de sa période de création recherchée, de ses dimensions intéressantes (261,2 x 158,7 cm), de son aspect inédit en vente publique et du fait qu’elle n’a changé de mains que trois fois dans son histoire, cette toile pourrait devenir l’une des plus chères de Rothko en vente publique (record à 86,8 millions en 2012 pour Orange, Red, Yellow, obtenu en 2012, une toile plus « éclatante » au niveau des couleurs).

Même possibilité de résultat au plus haut pour Barnett Newman, avec Black Fire I, une composition de 1961 de grande dimension. Les prix les plus élevés enregistrés pour l’artiste en vente publique sont situés entre quelque 20 et 40 millions de dollars .

Si le cas de figure de quelque 369 millions de dollars engagés sur les six œuvres les plus chères lors de la vente historique de novembre 2013 a peu de chances de se reproduire, principalement en raison d’un prix moins élevé attendu pour le triptyque de Francis Bacon, un rattrapage pourrait s’effectuer cette saison avec les autres œuvres du catalogue. Parmi elles, 18 sont estimées au moins 5 millions de dollars sans les frais, quand 16 – sans également compter les six  lots les plus importants – ont été facturées au moins à ce prix en novembre 2013.

Un Figure Turning de Francis Bacon et une création non titrée de Jean-Michel Basquiat, estimée 20/30 millions de dollars pièce, pourraient notamment faire la différence en étant facturés au-dessus de l’estimation.

PM

Publicités


Catégories :Art contemporain, Marché de l'art, New York City

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :