Le marché de l’art contemporain se calme à Londres

La vacation d’art d’après-guerre et contemporain de Christie’s du 30 juin à Londres a enregistré des prix élevés et  un nombre d’invendus raisonnable (10 sur les 58 lots présentés),  mais nous sommes loin de l’euphorie des dernières grandes ventes dans la spécialité. La recette équivalant à 109 millions d’euros est moitié moins élevée que celle réalisée par le même opérateur à New York au mois de mai (348,28 millions USD ; 221 millions d’euros). Une toile de Mark Rothko avait été payée 50,44 millions USD et Benefits Supervisor Sleeping de Lucian Freud avait atteint 33,64 millions USD.

Pas de super nouveau record

Le triptyque de Francis Bacon Three Studies for Self-Portrait, œuvre-vedette de la vente (estimation communiquée sur demande), a été payé l’équivalent de  21,28 millions d’euros. Un autre triptyque du peintre, également pour un autoportrait et mesurant à peu près les mêmes dimensions, peint en 1976,  pouvant être perçu comme moins marquant, avait été échangé contre 17,77 millions d’euros (28 millions USD) le 13 mai à New York.

Concetto spaziale) La fine di Dio, une huile sur toile de Lucio Fontana réalisée en 1964 dont la maison de vente attendait une somme très élevée (estimation communiquée sur demande), n’a pas trouvé preneur.

Conformes

4 des œuvres figurant parmi les plus chères du catalogue ont été vendues conformément à leur estimation.

La sculpture monumentale de Jeff Koons Balloon Flower (Magenta), une œuvre qui existe en 5 versions uniques (celle-ci, une en bleu, une en orange, une en jaune et une en rouge) a été payée l’équivalent de 16,34 millions d’euros. Auto, une grande huile sur toile du même artiste peinte en 2001  a été payée l’équivalent de 3,16 millions d’euros

Naked Portrait with Reflexion, une huile sur toile de Lucian Freud réalisée en 1980 a été payée l’équivalent de 14,05 millions d’euros. L’autre toile de Freud figurant au catalogue, Tête d’une femme, une petite huile peinte en 1990-1991  a été échangée contre 2,6 millions d’euros.

Invendus

Great american nude de Tom Wesselmann, acrylique et papiers collés sur planche avec radiateur, téléphone, manteau et porte, tune echnique mixte réalisée en 1963 et estimée 3,16/3,79 millions d’euros, n’a pas trouvé preneur.

 L-Tyrosine-15n de Damien Hirst dont l’équivalent de 2,53/3,79 millions d’euros étaient attendus a connu le même sort. Un sans titre de Hirst s’est toutefois échangée contre l’équivalent de 532.862 euros sur la base d’une estimation de 350.000/759.000 euros.

Andy Warhol

D’Andy WarholLast Supper, peinture Polymère synthétique et encres sérigraphiques sur toile, réalisée en 1986 (estimée l’équivalent de 2,53/3,79 millions d’euros) a été vendue 4 millions.

Nine Multicoloured Marilyns (Reversal Series), acrylique, peinture Polymère synthétique et encres sérigraphiques sur toile, réalisée en 1979 et estimée 3,16/4,42 millions d’euros a été échangée contre 5,15 millions.

L’œuvre la plus chère de Nicolas de Staël

Une huile sur toile des années 1950 de Nicolas de Staël, Marseille sous la neige, a été payée l’équivalent de 2,17 millions d’euros quand  elle était estimée 506.000/ 600.000 euros. Il s’agit de l’œuvre du peintre la plus chère vendue dans une vente publique au cours du change dollar/euro d’aujourd’hui.

Pierrick Moritz

Les résultats s’entendent avec les frais à la charge de l’acheteur compris et sont valables dans la mesure où l’acheteur a effectivement payé son achat. Les estimations ne comprennent pas les frais à la charge de l’acheteur.

Advertisements


Catégories :Art contemporain, Londres, Marché de l'art

Tags:, ,

2 réponses

  1. Madame, Monsieur
    Bien plus qu’un commentaire, je me permets de vous déposer une œuvre d’art versée au catalogue du non-objet « Commentaires » sous le numéro : Pièce com15/Août/2009
    Artiste d’art contemporain, je travaille essentiellement sur rien en collectant tous les événements de ma vie quotidienne d’artiste qui pourraient éventuellement réussir à me permettre de produire une œuvre. Vous avez par cet article réussi quelque peu à rendre plus concrètes mes nombreuses œuvres absentes.
    Merci.
    Olivier Borneyvski-

Rétroliens

  1. Incertitudes de la finance internationale : le marché de l’art déjà impacté ? | Art Without Skin, l'art sans la peau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :