Art contemporain : l’automne de la démarque se poursuit

Hier soir, à New York, une importante vente d’art d’après-guerre et contemporain de Christie’s a produit un scénario à peu près identique à celui constaté, la veille, chez Sotheby’s, pour une opération dans la même spécialité, sur la même place : les deux tiers des lots ont été vendus, dont la majeure partie sous les estimations basses. La vente a rapporté 113,62 millions de dollars.

Figurant parmi les lots les plus chers du catalogue, une toile de Francis Bacon et une autre de Lucio Fontana n’ont pas trouvé preneur, tandis que des œuvres de Gerhard Richter, Jean-Michel Basquiat, Richard Prince, Takashi Murakami et Jeff Koons ont été abandonnées sous leur estimation basse.

Loin de cette tonalité dépressive, une armoire à pharmacie de Joseph Cornell, petite œuvre conceptuelle datée de 1943, a été facturée 3,77 millions de dollars, pour une estimation de 1,5/2 millions.

PM

Publicités


Catégories :Art contemporain, Marché de l'art, New York City

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :