Des œuvres de Francis Bacon et Mark Rothko invendues chez Christie’s

Pour sa vente d’art d’après-guerre et contemporain proposée ce soir, à Londres, Christie’s avait réduit la voilure avec 31 lots présentés, contre 55 pour la vente équivalente de  2008. À l’époque, un triptyque de Francis Bacon avait été payé 26 millions de livres.  Aujourd’hui, les deux œuvres les plus chères de la vacation, une du même Bacon et une autre de Mark Rothko, n’ont pas trouvé preneur. La vente affiche un maigre résultat de 8,39 millions.

Vedette de la vente, une grande huile sur toile (152,7 x 116,8 cm) de Francis Bacon, intitulée Man In Blue IV  et datée de 1954, jamais vue sur le marché depuis sa dernière acquisition dans une galerie londonienne en 1971, estimée 4/6 millions de livres, n’a pas trouvé preneur ; même déconvenue pour  le deuxième lot le plus important, un Green, Blue, Green on Blue de Mark Rothko, daté de 1968  (102,9 x 67,3 cm), dont 2,5 /3,5 millions étaient attendus.  Ces deux œuvres, vu leurs particularités, ne correspondent pas aux périodes les plus recherchées pour ces artistes : trop tôt pour Bacon ;  trop tard pour Rothko. Les estimations en tenaient pourtant compte.

La troisième œuvre la plus chère, une grande huile sur toile de Jeff Koons, intitulée  Monkeys (Ladder), peinte en 2003 et  représentant deux singes gonflables,  estimée 1,4/2 de livres, a été laissée sous son estimation basse, à 1,35 million.  Du même Jeff Koons,  Jim Beam – Log Car, une sculpture de 1986 de la série Luxury and Degradation, numéro 3 d’une édition de 3 plus une épreuve d’artiste, estimée 400.000/600.000 sans, a été facturée 445.000 livres.

D’Alberto Burri, Combustione plastica, une œuvre à l’acrylique et plastique sur Cellotex, réalisée en 1956 et acquise en galerie par le présent vendeur au début des années 1960, a été payée 825.250 livres, pour une de 800.000 livres /1,2 million.

Une œuvre à l’huile et au fusain sur papier marouflé sur toile de Willem de Kooning,  Women Singing I  (91,4 x 60,9 cm), réalisée en 1966 et acquise par le présent vendeur dans une galerie new-yorkaise à la fin des années 1960, a également été payée 825.250 livres,  pour une estimation de 650.000/850.000 livres.

Une Miss Araignée de Jean Dubuffet, une œuvre (116,8 x 88,9 cm) réalisée  à l’ huile et au sable sur toile de jute, datée ‘ »Juin 50″, estimée 400.000/ 600.000 livres, a été payée 713,250 livres.

De Robert Indiana, un Red Love  en aluminium peint en rouge (183 x 183 x 91,5 cm) n’a pas trouvé preneur. Cet exemplaire, réalisé en 2000 d’après une œuvre créée de 1966, est la première épreuve d’artiste d’une édition de 6 plus 4 épreuves d’artiste. L’œuvre était estimée 400.000/600.000 livres. Même sort pour une  sculpture d’Anish Kapoor, œuvre sans titre réalisée en aluminium peint (225 x 225 x 50 cm), datée de 2004 et estimée 500.000 /700.000 livres.

Pierrick Moritz

Les estimations s’entendent sans les frais à la charge de l’acheteur. Les résultats comprennent ces frais. Pour cette vente, ils sont de  25% pour les lots jusqu’à 25.000 livres, 20% au-dessus de 25.000  livres et jusqu’à 50.000 livres, et de  12% au-dessus de 500.000 livres.

Publicités


Catégories :Art contemporain, Londres, Marché de l'art

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :