Les prix de la peinture ancienne flambent chez Christie’s Londres

Depuis plusieurs années, et de façon sensible avec la crise déclenchée par les subprimes en 2008, où la spécialité est apparue comme une valeur de repli face à la volatilité de l’art moderne et contemporain, les prix de la peinture ancienne sont en progression constante.

La vacation de peinture ancienne et britannique proposée hier soir chez Christie’s Londres illustre parfaitement le phénomène, et plus fortement ressenti en période d’incertitude économique, même si l’évènement est affecté par un taux d’invendus conséquent  (28 %) dont une déconvenue majeure pour le lot phare du catalogue. Il s’agit d’un portrait de Don Juan López de Robredo, brodeur du roi Carlos VI d’Espagne, par Francisco de Goya y Lucientes. L’œuvre (108,3 cm  x 82,3 cm) était estimée 4/6 millions de livres.

Cet engouement pour la peinture ancienne de grande qualité est clairement signifié par la vente d’une scène de liesse populaire peinte par Pieter Brueghel II (né en 1564 ou 1565- mort en 1637 ou 1638). Cette Bataille entre Carnaval et Carême à l’huile sur toile (119,4 cm x 171,2 cm), payée 3,25 millions de livres par le présent vendeur chez Christie’s Londres en décembre 2006, a été achetée pour plus du double hier soir. C’est-à-dire 6,73 millions de livres, un record absolu pour une œuvre de l’artiste négociée en vente publique. Jusqu’en 1993, cette œuvre a été présentée en ventre publique comme simplement attribuée à l’artiste.

Le fort potentiel d’appréciation pour des œuvres dans la spécialité est encore souligné de manière spectaculaire par la vente d’une huile sur panneau (54,5 cm x 52 cm) de Francesco Zaganelli da Cotignola (né à en 1470/1480- mort en 1532 Ravenna). Cette Sainte Famille a été payée 1 million de livres quand elle était estimée 100.000/150.000 livres. Même cas de figure pour une huile sur toile (93 cm x 75 cm) d’Andrea Soldi (XVIIIe siècle) présentant un homme occidental dans un manteau rouge bordé de fourrure et coiffé d’un turban ; estimée 80.000/120.000 livres, l’œuvre a été payée 825.250 livres.

Un Christ comme Homme des Douleurs attribué à Albrecht Bouts (né en 1451/1460- mort en 1549), une petite huile sur panneau en arche (38,1 cm x 25,4 cm), a également été payé 385.250 livres sur une estimation de 60.000/80.000 livres.

Une huile sur toile présentant des navires de guerre et de petites embarcations chargées d’hommes, peinte par Willem van de Velde II (1633-1707) à l’huile sur toile (86,3 x 119,3 cm), a été payée 5,9 millions de livres sur une estimation de 1,5/2,5 millions de livres.

Un portrait de viel homme, peint par Govaert Flinck (1615-1660) à l’huile sur panneau, a été payé 2,33 millions de livres sur une estimation de 700.000 livres/1 million de livres.

Un très grand Portrait de Philippe Stanhope, cinquième comte de Chesterfield, peint à l’huile sur toile (1727-1788) par Thomas Gainsborough, a été laissé sous son estimation basse. Il a été payé 2,16 millions de livres avec les frais (12 %) quand l’opérateur en espérait 2,5/3,5 millions sans ces frais.

Pierrick Moritz

Advertisements


Catégories :Londres, Marché de l'art, Peinture ancienne

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :