Livre – « Arts rupestres et mythologies en Afrique » de Jean-Loïc Le Quellec : une somme remarquable

Arts rupestres et mythologies en Afrique de Jean-Loïc Le Quellec est une somme remarquable publiée chez Flammarion en 2004. Il s’agit du premier ouvrage consacré à l’ensemble des arts rupestres de l’Afrique publié en Français.

Du Sahara à l’Afrique Australe, en passant par l’Afrique de l’Ouest, le centre de l’Afrique, l’Afrique de l’Est et la corne de l’Afrique, l’auteur rend compte de façon détaillée et la plus exhaustive possible des connaissances sur l’art pariétal du continent en traitant essentiellement de la signification des ensembles en question.

Art gravé et/ou peint, figuratif ou non, description de d’environnement naturel,  mythologie, rites, symbolisme, caractéristiques, comparaisons, influences, fusions et points communs de différentes aires culturelles, nouvelles découvertes ; ces relevés, descriptifs et analyses forment un apport fondamental au plus près des débuts de l’humanité, notamment sur le Sahara central préhistorique, dont la tradition orale est perdue.

Arts Rupestres et mythologie en Afrique

Il est aussi question de souligner la pertinence, de rectifier certaines interprétations ou d’ouvrir le champ à d’autres au sujet d’inventaires et de descriptions anciens dont certains, effectués par des Occidentaux au XIXe siècle, ou même jusqu’à un point avancé du XXe siècle, peuvent avoir été tronqués ou rendus incomplets par des préjugés évidents (racisme ; sexualité) ou des évènements (contexte politique). Certains sites peuvent avoir subi des modifications à l’époque moderne. Au Mali, sur le célèbre site du grand auvent de Songo à Sanga, l’auteur met en évidence des ajouts et rehauts sur les peintures, visibles en comparant des photographies de 1906-1907 et de 1931.

Nombre de ces représentations résistent à toute tentative d’interprétation. L’auteur livre des clefs importantes, qui peuvent s’appliquer pour les rituels anciens en général. Certaines représentations pourraient être exotériques, c’est-à-dire destinées à tromper les non-initiés ; l’interprétation du même symbole pourrait être différente selon le degré de connaissance de l’initié. De fausses explications peuvent aussi avoir été données sur certains mythes pour éloigner les importuns (ce que pensait l’ethnographe Marcel Griaule ; référence à ses travaux sur les Dogons).

Les amateurs d’art premier trouveront ici des informations passionnantes ; comme sur les faux-visages et autres porteurs de masques des représentations rupestres du Sahara ou du Mali.

Pierrick Moritz

Arts rupestres et mythologies en Afrique de Jean-Loïc le Quellec. Flammarion, 2004. 212 pages, illustrations et texte très abondants. 32 x 25 cm.  

Advertisements


Catégories :Afrique, Art d'Afrique, Arts premiers, Livres

Tags:, , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. Une dispersion d’œuvres d’art premier de la collection Allan Stone plutôt difficile « Art Without Skin, l'art sans la peau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :