Pluie de millions de dollars pour l’art impressionniste et moderne chez Sotheby’s

Actualisé  le 08/05 à 15 heures 52

Le catalogue de la vente  d’art impressionniste et moderne proposée hier soir à New York par Sotheby’s a convaincu le marché restreint des super riches amateurs d’art. Figurant en tête des estimations, une nature morte « aux pommes » de Paul Cézanne a été échangée contre 41,6 millions de dollars (estimée 25/35 millions), une Amazone, portrait de la baronne Marguerite de Hasse de Villers d’Amedeo Modigliani a été facturée 25,9 millions ( estimée 20/30 millions) et, pour un prix d’achat multiplié par 5 en 13 ans, un Paysage à la Ciotat de Georges Braque a été payé 15,8 millions (estimé 12/15 millions) tout comme un Penseur (taille de la porte, dit moyen modèle, H. 71,5 cm) d’Auguste Rodin (estimé 8/12 millions). Pour un chiffre d’affaires de 230 millions de dollars, 60 des 71 lots présentés ont trouvé preneur, dont les plus importants à l’exception d’un Buste de jeune garçon peint en 1964 par Pablo Picasso et estimé 2,5/3,5 millions de dollars.

Le Cézanne  et le Modigliani, jamais revu sur le marché de l’art depuis 60 ans, proviennent de la collection d’Alex et Elisabeth Lewyt *, collectionneurs et philanthropes. Il s’agit des deux lots les plus importants d’un ensemble de 200 provenant de leur collection et initialement estimé 65 millions de dollars, une projection désormais dépassée rien que par la vente de ces deux tableaux. Cette réunion, comprenant aussi de l’art décoratif, des œuvres d’art chinois et de la bibliophilie, est destinée à être dispersée dans plusieurs vacations de Sotheby’s, programmée à New York et à Paris jusqu’au mois de juin. L’intégralité des bénéfices sera versée à une fondation charitable établie au nom des Lewyt, œuvrant plus particulièrement pour la protection des animaux, cause pour laquelle le couple était très engagé.

Deux œuvres de Pablo Picasso, issues de deux autres collections américaines, arrivent en 4ème et 5ème positions des lots échangés contre les sommes les plus importantes. Il s’agit d’une Sylvette peinte sur métal en 1954, payée 13,6 millions de dollars (estimée 12/18 millions), et d’un Buste d’homme peint sur toile en 1969, payé 9,6 millions  pour une estimation de 5/7 millions.

Du même artiste et de la collection Lewyt, un dessin aux crayons de couleur de son célèbre modèle Célestine, daté de 1903, a été facturé 413.000 dollars pour une estimation de 300.000/400.000 dollars ; une Sieste (les moissonneurs), réalisée à l’aquarelle, au crayon et à la gouache sur papier en 1921 (petit format de 21 x 27,5 cm), a moins convaincu avec une estimation de 1,5/2 millions et a été lâchée à 1,32 million ; une  autre Sieste, œuvre sur papier de 1921, n’a pas trouvé preneur (estimée 400.000/600.000 dollars) tout comme un petit format de 35,5 cm x 19 cm, une Tête (portrait de Marie-Thérèse) peinte en 1928 et dont 700.000/900.000 dollars étaient attendus.

Le Paysage à la Ciotat de Georges Braque, peint en 1907 et échangé contre quelque 15,8 millions de dollars, avait été payé quelque 3 millions de dollars chez Sotheby’s en novembre 2000 par son avant-dernier propriétaire. Il s’agit d’un record mondial pour une œuvre de l’artiste vendue aux enchères.

Parmi les œuvres échangées contre les sommes les plus importantes, on trouve également un lumineux Poirier en fleurs peint par Claude Monet en 1885 à 8,5 millions de dollars (estimé 5/7 millions), un Eglogue en Provence, un couple d’amoureux, un petit format à l’huile sur toile peint par Vincent van Gogh en 1888 à 7,1 millions (estimé 5/7 millions ; payé 2,8 millions de livres en 2001, chez Sotheby’s, par son avant-dernier propriétaire) et une Femme au chapeau par Henri Matisse à 5,4 millions (estimée 3,5/5 millions).

La pop-star Madonna avait confié Trois femmes à la table rouge, une œuvre peinte par Fernand Léger en 1921 et issue de sa collection personnelle. Le tableau a été facturé 7,1 millions de dollars (estimé 5/7 millions). Cette somme sera dédiée au financement de projets de scolarisation dans des pays comme l’Afghanistan et le Pakistan par l’intermédiaire de la Ray of Light Foundation.

La Valse (deuxième version), bronze de Camille Claudel de 47,5 cm de hauteur, conçu en 1895 et fondu en 1905, a été facturé 1,86 million de dollars pour une estimation de 800.000/1,2 million.

Issu de la décidément très rentable collection des Lewyt, un portrait intitulé Éva, peint par Chaïm Soutine en 1928, a été facturé 1,8 million sur la base d’une estimation de 500.000/700.000 dollars.

Pierrick Moritz

*Alex Lewyt est né à New York en 1908.  Héritant très jeune d’une entreprise familiale, il accroît sa fortune en inventant un modèle d’aspirateur sans sac à poussière et, dans le boom économique de l’après-guerre, en équipant les foyers américains de climatiseurs et autres machines à pop-corn.  Se rendant souvent en  France, il y rencontre Elisabeth, originaire de Chartres, qu’il épouse en 1953. Les débuts de leur collection datent des années 1950. Survivant à son mari, disparu en 1988, Elisabeth Lewyt s’est éteinte à la fin de l’année dernière.

Publicités


Catégories :Art moderne, Impressionnisme, Marché de l'art, New York City

Tags:, , ,

2 réponses

Rétroliens

  1. Quand l’art impressionniste, moderne et contemporain rapporte 1,45 milliard de dollars « Art Without Skin, l'art sans la peau
  2. « Madame Matisse au kimono  de Derain reste sur le carreau chez Christie’s | Art Without Skin, l'art sans la peau «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :