Dispersion de la collection Rockefeller chez Christie’s New York : les 646 premiers millions sont tombés dans la soirée

La première vacation consacrée à la dispersion de la collection Peggy et David Rockefeller par Christie’s New York, superproduction contrôlée par David Rockefeller Junior et dont les bénéfices sont destinés à des fonds philanthropiques, proposant 44 œuvres d’art des XIXe et XXe siècles, a produit 646,49 millions de dollars avec les frais le 8 mai en soirée.

Cette recette serait conforme à l’estimation initiale.

La recette record pour une vente aux enchères s’élève à 853 millions de dollars et concerne l’art contemporain. La performance a été enregistrée chez Christie’s New York en novembre 2014. Le catalogue comptait 82 lots, dont 20 étaient estimés au moins 20 millions et 35 au moins 5 millions.

La totalité des lots de cette première vente Rockefeller bénéficiait d’une garantie de vente par Christie’s, c’est-à-dire qu’un prix minimum d’achat a été garanti au vendeur quelle que soit l’issue de la mise aux enchères.

Les estimations des œuvres les plus en vue étaient confidentielles.

Le prix le plus élevé de la vacation, 115 millions de dollars avec les frais (adjudication marteau à 102 millions), va à Fillette à la corbeille fleurie de Pablo Picasso (photo Christie’s Twitter), peinte en 1905 à l’huile sur toile (154,8 x 66,1 cm).

Cette œuvre historique a été réalisée au « Bateau-Lavoir » de Montmartre.

Acquise l’année de sa création par Gertrude et Leo Stein à la Galerie du Vingtième Siècle, chez Clovis Sagot, conservée par Gertrude à partir de 1913-1914 et jusqu’à sa mort en 1946, transitant ensuite par le Museum of Modern Art de New York, elle est acquise auprès de ce dernier par les Rockefeller en 1968.

Fillette à la corbeille fleurie  est annoncée au programme de l’exposition Picasso: Bleu et rose programmée au Musée d’Orsay en septembre 2018-janvier 2019.

Dans la catégorie « vente aux enchères », des prix record ont été établis ici pour des œuvres d’Armand Seguin (7,7 $millions pour Les Délices de la vie), d’Eugène Delacroix (9,87 $millions pour Tigre jouant avec une tortue), de Jean-Baptiste-Camille Corot (9 $millions pour une vue de Venise), d’Henri Matisse (80,75 $millions pour Odalisque couchée aux magnolias), de Claude Monet (84,68 $millions pour des Nymphéas), de Giorgio Morandi (4,33 $millions pour une nature morte), d’Odilon Redon (4 $millions pour Fleurs), et pour une création sur papier d’Édouard Vuillard (3,85 $millions pour La Place Vintimille).

La dispersion de la collection Rockefeller se poursuivra ces prochains jours chez Christie’s New York, notamment avec des vacations dans les domaines des arts décoratifs et de l’art moderne et contemporain.

PM

Publicités


Catégories :Art moderne, Impressionnisme, Marché de l'art, New York City

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :