Des ventes d’œuvres d’art historiques en novembre à New York

Actualisé le 30/11/2013 à 8h48

Les quatre ventes aux enchères en soirée couvrant les périodes de l’art impressionniste à contemporain proposées par Sotheby’s et Christie’s entre le 5 et le 13 novembre à New York s’annoncent comme historiques, avec nombre d’œuvres de qualité muséale assorties d’estimations calées sur les prix stratosphériques engagés sur des créations de cet ordre ces dernières années. Sur un total de 238 lots présentés chez les deux opérateurs, 189  sont estimés au moins 1 million de dollars, avec des chiffres de tête atteignant des niveaux stratosphériques.

Francis Bacon

Chez Christie’s, Three Studies of Lucian Freud de Francis Bacon, un triptyque monumental (198 x 147,5 cm pour chaque panneau) réalisé en 1969, pourrait devenir l’œuvre d’art d’après-guerre et contemporain la plus chère jamais vendue aux enchères. Le prix record pour une œuvre de Francis Bacon vendue aux enchères est de 86,2 millions de dollars, une somme engagée en 2008 chez Sotheby’s pour Triptych 76, autre triptyque monumental, du même format que le précédent, peint d’une adaptation de la légende de Prométhée et daté de 1976.

Alberto Giacometti

Le nom d’Alberto Giacometti figure en tête des catalogues d’art impressionniste et moderne des deux maisons de vente, pour des représentations de son frère Diego. Chez Christie’s, dans le cadre d’une vacation programmée le 5 novembre, un Diego en chemise écossaise peint à l’huile sur toile (81,1 x 64,9 cm) en 1954, est estimé 30/50 millions de dollars. Le lendemain, Sotheby’s attend 35/50 millions de dollars de la sculpture en bronze Grande tête mince (Grande tête de Diego), une œuvre créée en 1954 et fondue en 1955, exemplaire 6/6, mesurant 65 cm de hauteur. L’équivalent de 104,3  millions de dollars, prix record pour une œuvre d’Alberto Giacometti vendue aux enchères, chez Sotheby’s en février 2010, va à un exemplaire de la sculpture LHomme qui marche I, une création de 1960, pour une fonte datée de l’année suivante, mesurant 183 cm de hauteur.

Andy Warhol

Andy Warhol est l’artiste le plus représenté dans la spécialité de l’art contemporain, avec 7 œuvres dans chacune des ventes respectives des deux opérateurs. Chez Sotheby’s, un monumental Silver Car Crash (Double Disaster), encre sérigraphique et peinture en bombe couleur argent, réalisé en 1963, une œuvre sur toile en deux parties pour une dimension totale de 267,4 x 417,1 cm, assorti d’une estimation communiquée sur demande, est le lot le plus important du catalogue. Le prix record pour une œuvre de Warhol vendue aux enchères, 71,7 millions de dollars, a été obtenu pour une œuvre parente, un Green Car Crash (green Burning Car I) proposé en mai 2007, chez Christie’s. Il s’agit également d’une œuvre de 1963, polymère synthétique, encre sérigraphique et acrylique sur lin, d’un format moins important (228,6 x 203,2 cm). Un portrait de l’actrice Elizabeth Taylor, Liz #1 (early colored Liz), daté de 1963, est quant à lui estimé 20/30 millions. Chez Christie’s, pour l’œuvre de Warhol la plus importante, un grand Coca-Cola [3], réalisé en 1962, à la caséine sur coton, est attendu à 40/60 millions.

Pablo Picasso

L’œuvre de Pablo Picasso est également mise en avant pour l’art moderne. Chez Sotheby’s, un portrait de Marie-Thérèse Walter, singularisé par une géométrie particulièrement complexe, daté de 1935, est estimé 20/30 millions de dollars. En février, à Londres, le même opérateur avait facturé un autre portrait de Marie-Thérèse Walter, intitulé Femme au bord d’une fenêtre, peint en 1932, pour l’équivalent de 45 millions de dollars, conformément à l’estimation. En 1997, son avant-dernier propriétaire avait payé cette dernière œuvre quelque 7,4 millions. Sotheby’s propose également un Mousquetaire à la pipe, une œuvre de 1969, d’une série réalisée par l’artiste entre la fin des années 1960 et le début des années 1970, assorti d’une estimation de 12/18 millions. En mai 2009, à New York, Christie’s avait échangé l’un de ces Mousquetaires, daté de 1968, contre 14,64 millions, soit deux fois plus cher que lors de son précédent passage en vente publique, en 2004. De Picasso, cette dernière maison de vente propose, le 5 novembre, Le Peintre et son modèle dans un paysage, une grande huile sur toile (130 x 194,8 cm) peinte en 1963, dont elle attend 25/35 millions, et une Femme au béret orange et au col de fourrure (Marie-Thérèse), portrait géométrique de 1937 peint à l’huile sur toile, estimée 8/12 millions.

Amedeo Modigliani et Giacomo Balla

Toujours pour l’art impressionniste et moderne, et les plus fortes estimations, Christie’s propose un portrait du peintre Pierre-Edouard Baranowski peint par Amedeo Modigliani en 1918, assorti d’une estimation de 25/35 millions de dollars. Chez Sotheby’s, on remarque une excellente toile futuriste de Giacomo Balla, une œuvre de 1913 estimée 12/18 millions. La mise en vente de cette œuvre est particulièrement intéressante car les œuvres futuristes, d’un mouvement né en Italie à peu près parallèlement au cubisme en France, sont particulièrement rares sur le marché en vente publique. De récentes expositions internationales, comme Le Futurisme à Paris, une avant-garde explosive, programmée au Centre Pompidou en 2008-2009, ou même la rétrospective consacrée à Lyonel Feininger à New York et Montréal en 2011 et 2012, ont su montrer l’aspect absolument révolutionnaire de ce mouvement d’avant-garde empreint de dynasmisme. On peut même dire que, dans l’exposition parisienne, le cubisme, mouvement dont des œuvres étaient montrées, supportait assez mal la comparaison.

Claude Monet

Glaçons, effet, blanc, un très beau paysage d’hiver peint Claude Monet en 1893, huile sur toile (65,5 x 100 cm), dont 9/14 millions de dollars sont attendus, figure au catalogue d’art impressionniste et moderne de Sotheby’s. Jusqu’en début d’année, cette œuvre faisait l’objet d’un prêt à long terme à la Pinacothèque de Paris.  En février, à Londres, le même opérateur a vendu Le Givre à Giverny, un autre paysage d’hiver peint par Monet en 1885, plus petit (54 x 71 cm), pour l’équivalent de quelque 13,8 millions de dollars.

Natalia Goncharova

Christie’s présente une très belle œuvre de Natalia Goncharova, une huile sur toile primitivisme représentant deux bûcherons, peinte vers 1911, estimée 6/8 millions de dollars. Natalia Goncharova et son mari Mikhaïl Larionov, concepteurs du rayonnisme autour de 1910, figurent parmi les plus grands artistes de l’avant-garde russe pré-révolutionnaire. Question prix, les œuvres de Goncharova ont rattrapé celles de Larionov ces dernières années, les dépassant parfois. À Londres, en février 2010, Christie’s a vendu Espagnole, une huile sur toile rayonniste peinte en 1916 par Goncharova, pour 6,25 millions de livres.

Willem de Kooning, Jeff Koons et Gerhard Richer

Sotheby’s attend 25/35 millions de dollars d’un grand format de Willem de Kooning, un Untitled V réalisé en 1975. Christie’s propose un Balloon Dog (Orange) de Jeff Koons à 35/55 millions et un Abstraktes Bild (809-1) de Gerhard Richer, un grand format peint en 1994 et provenant de la collection d’Eric Clapton. Selon le Huffingtonpost, l’estimation de cette dernière œuvre, non communiquée dans le catalogue, est de 20/25 millions.

Pierrick Moritz

 

Publicités


Catégories :Art contemporain, Art moderne, Impressionnisme, Marché de l'art, New York City

Tags:, , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :