Un trésor de la peinture hollandaise du XVIIe siècle réapparaît à Moulins

Actualisé le 26 mai à 16 heures 17 :  l’œuvre a été adjugée 500.000 euros (prix marteau, sans les frais)

Répertoriée mais plus jamais réapparue publiquement ni localisée après son acquisition par le Baron Rodolphe Hottinguer en 1872, La Grande Dame, une exceptionnelle peinture d’Eglon Van der Neer (Amsterdam 1635/36 – Düsseldorf 1703), sera livrée aux enchères le 26 mai à Moulins, dans le cadre d’une vente organisée par Enchères Sadde.

Pendant 140 ans, l’œuvre est restée dans la même famille par descendance. Mathilde Sadde-Colette, commissaire-priseur, l’a découverte par hasard chez le vendeur qui l’avait contactée pour estimer un autre tableau.

La Grande Dame d'Eglon VAN DER NEER

Eglon Van der Neer (Amsterdam 1635/36-Düsseldorf 1703) : La Grande Dame, peinture signée et datée 1665, 65 x 55,5 cm. Estimation : 300.000/400.000 euros. Expert : Eric Turquin, Paris. Illustration : Étude Sadde, Moulins.   

Les portraits les plus réputés d’Eglon Van der Neer, comme La Grande Dame, ont été réalisés dans les années 1660/70, pour une clientèle d’Amsterdam, Leyde ou La Haye. La Grande Dame se démarque également par des dimensions importantes pour une œuvre de cet artiste. La National Gallery de Londres possède un portrait de femme par Eglon Van der Neer, plus tardif (vers 1678), mesurant 32 x 24,6 cm. Le même modèle que celui de La Grande Dame, portant un habit quasiment identique, figure dans La Jeune femme au plat d’huîtres (31 x 27 cm), une œuvre d’Eglon Van der Neer conservée dans les collections du Prince de Liechtenstein.

En 2006, Christie’s a vendu un portrait de Femme jouant au luth  dans un intérieur d’Eglon Van der Neer, mesurant 39,3 cm x 32,4 cm, pour 912.000 dollars. Si le genre de cette dernière peinture est très différent, cette somptueuse Grande dame devrait logiquement faire tourner quelques têtes.

Dans la spécialité de la peinture ancienne, qui a le vent en poupe, Enchères Sadde a vendu une Nature morte aux plats d’huîtres d’Osias Beert l’Ancien (vers 1580-Anvers 1624) pour 450 000 euros en 2012.

PM

 

Publicités


Catégories :Marché de l'art, Peinture ancienne

Tags:, , ,

1 réponse

  1. Ce tableau dégage un grand sentiment d’harmonie.
    Cette dame élégamment vêtue et son mignon petit chien ont un éclat remarquable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :