Vente d’art impressionniste et moderne chez Christie’s Paris le 31 mars : de belles œuvres et une grande fraîcheur

Actualisé le 11 mars à 15 heures 15

Le catalogue de l’importante vente aux enchères d’art impressionniste et moderne programmée le 31 mars par Christie’s Paris montre de belles œuvres, dont un certain nombre d’inédits sur le marché de l’art.

La sculpture Ève, petit modèle, version à la base carrée dite aussi «aux pieds plats» par Auguste Rodin, est estimée entre 700.000 et 1.000.000 d’euros. Ce bronze a été acquis en 1934 auprès de la Galerie Haussmann, par Simone Lesieur et son époux, Jacques Lemaigre Dubreuil. Collectionneurs et mécènes, proches d’artistes comme Jean Dunand et Paul Jouve, ils conservèrent la présente épreuve, demeurée dans leur famille depuis lors.

Toujours par Rodin, Le Baiser, une réduction en bronze à patine brun foncé de la célèbre création de 1886 conçue par le sculpteur en 1901 et fondue par Barbedienne en 1906 (édition de 105 à 109 exemplaires) , troisième épreuve d’un tirage total de quatre réductions réalisées entre 1898 et 1918, est estimée entre 300.000 et 500.000 euros. Avant de rejoindre la collection du propriétaire actuel, la sculpture avait été acquise le 10 août 1906 par Monsieur Perret, conservateur des hypothèques à Castellane (Bouches-du-Rhône), directement auprès de F. Barbedienne. La facture de l’époque en précise le prix d’acquisition, 707 francs exactement : 700 francs pour la sculpture et 7 francs pour sa caisse d’emballage. D’après le convertisseur ancien franc-euro de l’Insee, mesurant l’érosion monétaire due à l’inflation, cette somme globale équivaut à 2.735 euros de 2015.

Pas moins de cinq composition par Pierre-Auguste Renoir figurent au programme, dont un bouquet de fleurs peint en 1879 (600.000/900.000 euros) et La Chapelle Notre-Dame de Protection au Haut-de-Cagnes (180.000/250.000 euros). Cette dernière composition, autrefois située dans la collection du parfumeur Jacques Guerlain, a été conservée au sein de sa famille jusqu’à ce jour.

Le Retour de pêche, les Martigues par Francis Picabia, une grande toile (150 x 200 cm), datée de 1903, alors que l’artiste avait 24 ans, est estimée 400.000/600.000 euros.

Par Henri Martin, Saint-Cirq Lapopie une huile sur toile de grand format (115 x 110 cm), peinte entre 1911 et 1923, est estimée 300.000/500.000 euros.

Un Héraclès Archer, huitième étude dite modèle intermédiaire définitif par Émile-Antoine Bourdelle, pour une première présentation aux enchères d’une fonte anthume du sujet le plus emblématique du sculpteur, est estimée 300.000/400.000 euros. Cette pièce fut offerte par l’École des ponts et chaussées et son personnel au directeur Joseph Verdin, à l’occasion de son départ à la retraite en 1923. Elle a été conservée par ses héritiers jusqu’à ce jour.

La Vue du port de Vathy, Samos par Émile Bernard, peinte à l’automne 1893, estimée entre 150.000 et 250.000 euros, fait partie de la dispersion d’un ensemble de neuf œuvres de la collection d’Indosuez Wealth Management, France (estimation globale de 500.000 euros). 100.000/150.000 euros sont attendus d’un Cap Bénat, pin sur la côte de Théo van Rysselberghe, de cette provenance.

Un groupe, composé d’une dizaine d’œuvres inédites sur le marché de l’art, provient de l’ancienne collection de Léo Netter. Dans cet ensemble, Le Bourg dans la vallée par Maurice de Vlaminck, dans le style cézannien, est estimé 180.000/250.000 euros. Netter est un nom mythique dans ce que fut l’aventure artistique de Montparnasse. Découvreurs de talents, mécènes, collectionneurs, cette famille d’industriels de l’est de la France marqua l’histoire de l’art, et plus particulièrement l’École de Paris de l’entre-deux-guerres.

Une autre réunion est intitulée Au temps de Gauguin : un ensemble d’œuvres d’une collection privée européenne. Consacrée à l’école de Pont-Aven et aux Nabis, elle est composée de 46 lots (estimation globale : 1,5/2 millions d’euros). On y trouve, entre autres, des œuvres par Paul-Elie Ranson (La Mansarde, 1893, 150.000/250.000 euros), Maurice Denis, Paul Gauguin, Georges Lacombe et Paul Sérusier.

Vente : jeudi 31 mars à 15 heures et 18 heures.

Exposition publique : jeudi 24, vendredi 25, samedi 26, mardi 29 et mercredi 30 mars de 10 heures à 18 heures.

Lieu : Christie’s, 9 avenue Matignon. 75008 Paris.

Advertisements


Catégories :Art moderne, Impressionnisme, Paris

Tags:, , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :