New York : enthousiasme plutôt réservé pour la vente de la fondation Warhol

Pour une vente aux enchères annoncée comme un évènement, la dispersion de 354 lots inédits mis en vente par la fondation Warhol, hier, chez Christie’s, à New York, a bénéficié d’un enthousiasme plutôt réservé de la part des acheteurs.

Il s’agissait de la première opération de vente d’une partie du fonds de la Andy Warhol Foundation for the Visual Art par Christie’s. L’opérateur est chargé de réguler la commercialisation, sur plusieurs années et par différents moyens, d’environ 2.000 œuvres ; peintures, estampes, dessins et photographies. Une « inondation » sur l’un des noms les plus spéculatifs du marché de l’art contemporain plutôt mal vécue par d’importants collectionneurs et marchands de Warhol.  Selon un article publié dans le Walll Street Journal au début du mois de septembre, certains auraient proposé de se porter acquéreur de l’ensemble des œuvres dont la fondation se sépare. Une offre qui aurait été refusée. Ces grands marchands et colllectionneurs, dont certains peuvent acquérir des œuvres pour des sommes colossales, ont un pouvoir considérable sur le marché de l’art, d’autant plus quand une grande partie de l’offre n’est pas en position de force, ce qui est le cas actuellement.

Si 91 % des lots proposés hier  changent de mains, dont un grand nombre parti au-dessus des estimations, l’opérateur n’atteint que 81 % du chiffre d’affaires escompté, avec 17 millions de dollars.

Une seule des trois œuvres nettement plus importantes que les autres et estimées 1/1,5 millions de dollars pièce sans les frais (12 %), trouve preneur. Il s’agit d’un Endangered Species : San Francisco Silverspot, encres sérigraphiques et polymère synthétique sur toile, facturé 1,25 million avec les frais. Pour les mêmes technique, matériaux et support, les deux autres, une grande Linda Gossey, de 1981, et un Three Targets monumental (6 mètres de longueur), vers 1985-1986, restent sur le carreau.

Le deuxième prix le plus important, 842.500 dollars avec les frais (20 %), va à un Endangered Species : Bighorn Ram, encres sérigraphiques et polymère synthétique sur toile, une œuvre de 1983 assortie d’une estimation de 700.000 dollars/1 million de dollars sans les frais. L’œuvre est adjugée au niveau de son estimation basse.

Une petite Jackie, sérigraphie acétate et papier coloré collé sur panneau, réalisée vers 1968, reçoit la troisième adjudication la plus importante, avec une facture de 625.500 dollars pour une estimation de 200.000/300.000 dollars.

Pour écouler cette partie du stock, des concessions ont été admises sur les estimations de certains lots. Les plus importantes remises concernent un Self-Defense (Positive), encres sérigraphiques  et polymère synthétique sur toile, réalisé vers 1985 -1986, facturé 386.500 dollars avec les frais (20 %) quand 400.000/600.000 dollars sans ces frais en étaient attendus et, mêmes matériaux et  support que le précédent, un Flowers, sérigraphie unique, en noir, vers 1964, facturé 182.500 dollars pour une estimation de 300.000/500.000 dollars.

Dans la spécialité de la photographie, pour des estimations souvent relativement abordables,  la quasi-totalité des lots est vendue, dont une part non négligeable au-dessus des estimations. Pour les plus fortes enchères, une Enna Jetticks, estimée 50.000/70.000 dollars, est facturée 206.500 dollars et 266.500 dollars sont engagés sur un Dove, estimé 60.000/80.000 dollars. Certains lots sont facturés sous les estimations basses, comme un Andy and Sean Lennon, tirage argentique unique, 1981-1986 (estimé 4000/6.000 dollars; payé 2.375 dollars) ou une Paloma Picasso, Polacolor de 1974 (estimée 4000/6.000 dollars; payée 2.375 dollars). Un Polaroïd de Paulette Godard, datant des années 1970 et assorti d’une estimation de 8.000/12.000 dollars, n’a pas trouvé preneur.

Dans la partie consacrée aux estampes, on voit un plus haut à 314.500 dollars pour une double Jackie Kennedy monumentale (556 x 759 cm) estimée 150.000/250.000 dollars. Enna Jetticks, une sérigraphie en couleurs, tirage unique vers 1955, dont 50.000/70.000 dollars était attendus, est facturée 206.500 dollars. Une Lamentation, from Martha Graham, épreuve présumée unique, datée de 1986, assortie d’une estimation de 20.000/30.000 dollars, une Suzie Frankfurt, sérigraphie en rouge de 1986, estimée 30.000/50.000 dollars, et, pour la même estimation, un Jack Nicklaus, sérigraphie en noir vers 1977, sont les trois invendus les plus importants pour la section.

Pierrick Moritz
Publicités


Catégories :Art contemporain, Marché de l'art, New York City

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :