Artcurial : une rentrée sous le signe de l’innovation

Artcurial poursuit son ambitieux programme international. L’opérateur attire les collectionneurs du monde entier à Paris et va à leur rencontre en organisant des ventes dans leur pays ou région d’origine. Une partie de la stratégie de développement consiste à moderniser les ventes aux enchères sur la forme et sur le fond. Sa vente de créations contemporaines organisée le 21 septembre à Paris témoigne du décloisonnement des spécialités. Cette vacation transversale mêlera design, art urbain, éditions limitées et objets de collection, comme un lit par Jean Prouvé, une création par Invader et un objet d’une série par Jeff Koons. L’exposition publique sera mise en scène avec un regard curatorial et montrera des intérieurs complets. Un catalogue novateur pour le genre guidera les amateurs. Le document comportera une partie éditoriale photographique sous la forme de miniposters présentant les décors imaginés (mise en situation, rapprochements esthétiques,…).

Le 27 octobre, profitant de la présence à Paris à l’occasion de la FIAC de collectionneurs d’art contemporain du monde entier, Artcurial proposera une vacation sur le thème du design international – les acheteurs dans la première spécialité le sont également souvent dans la deuxième. La sélection comporte notamment une rare Bone Chair de Finn Juhl, une version monumentale du lampadaire Moloch de Gaetano Pesce, une suspension d’Ettore Sottsass datée de la fin des années 1950 et l’unique table Trapèze des professeurs du réfectoire de la Cité Universitaire d’Antony. L’opérateur a programmé le même jour une vente consacrée à l’art urbain. Une soixantaine de lots ont été réunis, dont deux œuvres de Banksy, intitulées Love in the Air et Kill People, et une composition de Conor Harrington – The Killer Inside. JR, Shepard Fairey, Invader, Kaws, entre autres, seront aussi représentés. Le 28 octobre, Artcurial ouvrira à Paris la vente de la collection de photographies du photographe de mode Amedeo M. Turello – il ne s’agit pas d’une vente aux enchères. Cet ensemble de 200 photographies, notamment par Man Ray, Édouard Boubat, Hans Bellemer, Joseph Elliot Erwitt, William Klein, Robert Mapplethorpe, Cindy Sherman, Jean-Loup Sieff et Jean-Baptiste Mondino rend hommage à la beauté féminine.

Entre-temps, les 5 et 6 octobre, Artcurial aura réalisé sa première vente à Hong Kong. Intitulé From Paris to Hong Kong, l’évènement, conçu pour le marché asiatique, met en avant les spécialités emblématiques de l’opérateur en surfant sur l’image rêvée de Paris à l’étranger. Une section est consacrée à l’art moderne avec, entre autres, une Implorante par Camille Claudel et un Éternel printemps par Auguste Rodin. Entre 2,5 et 3 millions d’euros sont attendus d’un buste de femme peint par Pablo Picasso en 1967. Un Parade au village par Marc Chagall est estimé 1,5-2 millions d’euros. Du côté de l’art contemporain, on trouvera des œuvres de Yan Pei-Ming – un Timonier, peint en 2000, huile sur toile, estimée 250.000-300.000 euros -, Wang Yan Cheng, Wang Guangyi et Bernard Buffet. Une sélection de 28 pièces situées dans une importante collection de l’aristocratie européenne sera également dispersée. Un calice en or du XIXe siècle, initialement originaire de la collection du comte Demidov, et une rare pendulette cage réalisée vers 1770 par James Cox – dont l’empereur Qianlong était client – font partie de cet ensemble estimé autour de 400.000-650.000 euros. Du côté des arts décoratifs du XXe siècle, des fauteuils Clams de Philip Arctander côtoieront du mobilier de Garouste et Mattia Bonetti, ainsi que des créations naturalistes par Ado Chale. L’art de vivre se traduira par la présence de très belles pièces de maroquinerie par Hermès. Provenant du département Artcurial Motorcars, l’un des fers de lance de l’entreprise et leader en Europe continentale pour les voitures de collection, une Mercedes Benz 300 SL Roadster, équipée de son hard-top, proposée en exclusivité, sera également livrée aux enchères.

Le 10 novembre, une vente aux enchères parisienne d’Artcurial sera consacrée à l’orientalisme. Une trentaine d’œuvres africanistes issues d’une même collection privée sera notamment présentée. Il s’agit de onze peintures par Jacques Majorelle, ainsi que d’une réunion d’œuvres d’artistes belges liés à ce mouvement. L’ensemble est estimé 1,8-2 millions d’euros. Le 13 novembre, toujours à Paris, une vente de dessins et de peintures anciens de l’opérateur sera plus spécifiquement consacrée à l’âge d’or hollandais, avec une réunion issue d’une même collection privée et constituée sur trois générations. L’oeuvre phare est un Portrait de femme âgée en buste, une œuvre de jeunesse par Nicolas Maes (estimée 500.000-700.000 euros). Le même jour sur la place parisienne Artcurial dispersera une collection de 200 photographies de Pierre Molinier, restées jusqu’à présent en mains privées.

Pour la première fois, Artcurial n’organisera pas de vente de joaillerie et d’horlogerie à Paris en décembre. L’opérateur inaugurera fin janvier 2016, à Monte-Carlo, une nouvelle semaine de vacation dédiée aux objets de collection les plus luxueux comme ceux-là. Artcurial a pour ambition de faire de Monaco sa seconde place de vente internationale.

PM

 

Publicités


Catégories :Hong Kong, Paris

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :