Des « Nymphéas » remarquables chez Christie’s

Les peintures de nymphéas de Claude Monet, très nombreuses, sont diversement appréciées sur le marché de l’art en vente publique, et d’autant plus en raison de prix souvent au sommet dans les catalogues des grandes ventes d’art impressionniste.

Si la somme la plus élevée engagée en vente publique sur une peinture de Monet, quelque 41 millions de livres enregistrés chez Christie’s en 2008, va un Bassin de Nymphéas de 1919, l’invendu le plus cher dans l’œuvre de l’artiste présentée sur ce marché est également un Nymphéas. Estimé 30/40 millions de livres, la peinture de 1906 était restée sur le carreau chez ce même opérateur en 2010.

Là où l’art devient un produit, on raconte que les riches amateurs préfèreraient la présence d’un « certain bleu » (qui resterait à définir), dans les Nymphéas de Monet. Ceci étant, le vert dominait dans celles vendues à un prix record, mais on y trouvait  aussi le possible « certain bleu ».

Alors, ce « certain bleu » serait peut être aussi présent dans la  peinture de nymphéas de Claude Monet, réalisée en 1905, lot phare de l’importante vente d’art impressionniste et moderne proposée par Christie’s le 7 novembre, à New York. En dehors de cette rumeur chromatique, l’œuvre est remarquable. 30 à 50 millions de dollars sans les frais (23/39 millions d’euros) en sont attendus.

Jamais vue en vente publique, cette huile sur toile (88,3 x 99.5 cm) a initialement été achetée à l’artiste – en 1909  – par les galeries parisiennes Durand-Ruel et Bernheim-Jeune, avant de partir pour les États-Unis en 1910. Après avoir changée trois fois de mains sur le territoire américain, et pour la dernière fois en 1979, l’œuvre provenant d’un legs de la succession Ethel Strong Allen, veuve d’un dirigeant de Wall Street,  sera vendue au bénéfice de la Hackley School de Tarrytown, dans l’état de New York.

En 2008, Christie’s avait vendu un Pont du chemin de fer à Argenteuil, peint par Claude Monet en 1873, pour 41,4 millions de dollars, soit le deuxième prix le plus important payé pour une œuvre de l’artiste en vente publique.

PM

Publicités


Catégories :Art moderne, Impressionnisme, Marché de l'art, New York City

Tags:, , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. 1 milliard de dollars pour 4 ventes d’art espéré à New York « Art Without Skin, l'art sans la peau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :