Dans un marché exigeant, un bronze de Giacometti payé 50 millions de dollars chez Sotheby’s

Avec, pour les lots les plus chers, un exemplaire de Grande Tête Mince (grande tête de Diego) d’Alberto Giacometti facturé 50 millions de dollars et une Tête de femme et un Mousquetaire à la Pipe de Pablo Picasso  respectivement payés 39,92 et 30,65 millions, deux œuvres vendues très au-dessus de l’estimation, les résultats de la vente d’art impressionniste et moderne proposée hier soir à New York par Sotheby’s viennent rassurer le marché de l’art. Ceux, plus que mitigés, obtenus les 4 et 5 novembre chez sa concurrente Christie’s pour deux ventes dans la spécialité ont sévèrement pointé le problème d’estimations jugées trop élevées en regard d’œuvres susceptibles de ne pas être irréprochables. La clientèle restreinte et très exigeante à de tels niveaux de prix en veut pour ses millions, tout en étant prête à débourser beaucoup plus que l’estimation pour des œuvres très convoitées. Si son opération est plus réussie, Sotheby’s a admis comme sa concurrente quelques concessions sur certaines estimations. Une huile sur toile de Joan Miró estimée 9/12 millions n’a pas trouvé preneur.

Alberto Giacometti

Les 50 millions de dollars engagés sur l’exemplaire 6/6 de Grande tête mince (Grande tête de Diego) d’Alberto Giacometti, une sculpture à patine brun sombre d’une hauteur de 65 cm, pour une œuvre créée en 1954 et une fonte en 1955, estimée 35/50 millions, constituent le troisième prix le plus élevé pour une œuvre de l’artiste vendue aux enchères, après les 53,6 millions engagés en mai 2010 chez Christie’s pour un autre exemplaire de cette œuvre, numéroté 3/3. Le record pour une œuvre d’Alberto Giacometti vendue aux enchères concerne un exemplaire de la sculpture L’Homme qui marche I, une création de 1960, pour une fonte datée de l’année suivante, mesurant 183 cm de hauteur, facturé l’équivalent de 104,3  millions de dollars chez Sotheby’s en février 2010.

Pablo Picasso

39,92 millions de dollars, le second prix le plus important de la vacation, ont été engagés sur une Tête de femme de Pablo Picasso, un portrait de Marie-Thérèse Walter peint en 1935 et singularisé par une géométrie complexe. L’œuvre était estimée 20/30 millions. Pour une estimation dépassée de manière encore plus spectaculaire, et le troisième prix le plus important, un Mousquetaire à la Pipe, peint par le même Picasso en 1969, a été facturé 30,9 millions quand 12/18 millions en étaient attendus. Il s’agit d’un record en vente publique pour une œuvre de cette série réalisée entre la fin des années 1960 et le début des années 1970. En mai 2009, à New York, Christie’s avait vendu l’un de ces Mousquetaires, daté de 1968, pour 14,64 millions, soit deux fois plus cher que lors de son précédent passage en vente publique, en 2004. Un Flacon et livres cubiste, une huile sur toile (38 x 46 cm ) peinte en 1910-1911, a été facturé 8 millions de dollars, pour une estimation de 4/6 millions.

Claude Monet

Les maîtres de l’impressionnisme restent une valeur sûre du marché de l’art, et notamment à travers l’œuvre de Claude Monet, dont les prix des paysages d’hiver, entre autres, progressent continuellement. Ici, Glaçons, effet, blanc, une huile sur toile (65,5 x 100 cm) peinte en 1893, a été facturée quelque 16 millions de dollars, pour une estimation de 9/14 millions. Jusqu’en début d’année, cette œuvre faisait l’objet d’un prêt à long terme à la Pinacothèque de Paris. En février dernier, à Londres, le même opérateur a vendu Le Givre à Giverny, un autre paysage d’hiver peint par Monet en 1885, plus petit (54 x 71 cm), pour l’équivalent de quelque 13,8 millions de dollars (estimé l’équivalent de 6,2/9,4 millions de dollars). Un Coucher de Soleil à Pourville, pleine mer, peint en 1882, a été payé 4,6 millions, pour une estimation de 1,5/2,5 millions.

Giacomo Balla

Bien qu’adjugée sous l’estimation, une Automobile in Corsa de Giacomo Balla, une toile futuriste datée de 1913, dont 12/18 millions de dollars sans les frais (12 %) étaient attendus, et facturée 11,47 millions avec ces frais, devient l’œuvre de l’artiste la plus chère jamais vendue aux enchères. Un  grand Rumoristica plastica Baltrr Balla Futurista de 1914, encre, collage et technique mixte sur papier marouflé sur lin, a été cédé très en dessous de l’estimation, avec une facture de 1,2 million pour une attente de 2/3 millions.

Paul Gauguin : un Petit Breton à l’oie dépasse son estimation haute

Un Petit Breton à l’oie de Paul Gauguin, une huile sur toile peinte en 1889, a été payé 9,68 millions de dollars, pour une estimation de 6/8 millions.

Des œuvres de Gris, Picabia et Léger facturées au-dessus de 8 millions de dollars

Tabac, journal et bouteille de vin rosé de Juan gris, une composition cubiste datée de 1914, employant notamment la technique du papier collé, a été échangée contre 8,84 millions de dollars, pour un estimation de 7/10 millions ; 8,79 millions ont été engagés sur un très grand Volucelle II de Francis Picabia, réalisé en 1922 au Ripolin sur toile, estimé 6/8 millions. De Fernand Léger, un Élément mécanique, une huile peinte en 1920, a été payé 8,67 millions (estimé 6/8 millions).

Des invendus

La vacation enregistre 8 lots invendus sur 65 présentés. Pour les œuvres aux plus estimations les plus élevées, deux par Joan Miró (estimées 9/12 millions et 2/3 millions de dollars), une de Piet Mondrian (6/8 millions) et une autre d’Henri de Toulouse-Lautrec (3/5 millions) n’ont pas trouvé preneur.

Pierrick Moritz

Publicités


Catégories :Art moderne, Impressionnisme, Marché de l'art, New York City

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :